Le seigneur des anneaux, tome 3; J.R.R Tolkien

Publié le par wiki

Le seigneur des anneaux, tome 3; J.R.R Tolkien

Le retour du roi

     Enfin le dernier tome de la trilogie du seigneur des anneaux. Que se passe-t-il dans celui-ci ? Et bien Sam arrive à délivrer Frodon prisonnier des orques et c’est ensemble qu’ils s’approchent de la montagne du destin. Vers la fin Gollum tente bien de les arrêter mais sans grand succès. Vont-ils réussir à détruire l’anneau ?

     Merry devient chevalier du Rohan et considère Théoden comme son père. Malheureusement ce dernier ne survit pas à sa confrontation avec un Nazgul (l’un des cavaliers noirs) qui sera finalement tué par la belle et froide Eowyn. Merry sauvera la demoiselle et sera désormais vu comme un valeureux et courageux Hobbit. Pippin, amené au Gondor, entre au service du roi. Chacun est dans une armée et devra faire ses preuves. Merry et Eowyn sont terriblement blessés et ne peuvent faire ce que le nouveau roi du Gondor désire : aller chez l’ennemi pour détourner son œil et son attention de son propre pays et de Frodon par la même occasion. Seul Pippin peut y aller. Il sera sauvé par Gimli qui le croyait mort.

     Aragorn part dans des terres où nul vivant ne peut vivre et revient avec une terrible armée de fantômes. Il s’affiche avec ses symboles pour forcer l’ennemi à agir plus vite et donc plus mal.

     Legolas et Gimli suivent Aragorn où il va. Ils sont vraiment des personnages secondaires qui disparaissent sur de nombreuses pages, contrairement aux autres membres de la communauté. Ils se promettent de rester encore quelques temps ensemble après cette terrible guerre. Gimli accepte d’accompagner Legolas dans la forêt de Sylverbarbe pour la « visiter » si l’elfe, en retour, accepte de venir avec lui voir les grottes du Rohan.

     Je ne raconte pas la fin. Mais sachez que Saroumane n’a pas dit son dernier mot et s’en prend à la Comté. Quand certains de nos héros y entrent, ils la trouvent totalement changée. La guerre n’est pas terminée tant que la Comté n’a pas retrouvé sa bonne humeur et ses arbres.

      Après m’être extasiée sur les descriptions du deuxième tome (c’est d’ailleurs celui que j’ai le plus apprécié), je vais parler des thématiques dans ce dernier article consacré à cette célèbre trilogie. En premier lieu, ce qui est le plus flagrant, est l’importance de la musique chez Tolkien. Dans le premier tome on peut compter des pages et des pages de poèmes, de musiques… j’avais alors dit que cela devenait « lassant » car on ne pouvait les apprécier de par le fait qu’elles ne rimaient pas et qu’on ne les entendait pas. La musique est source d’espoir et de gaité. Elle raconte les exploits des uns ou la vie de tous les jours des autres. Le livre deux est très sombre et presque aucunes paroles ne viennent noircir les pages. Mais dans le trois, l’espoir revient et la musique avec. Pour donner un exemple : Sam se sent perdu sans son maître et ne sait où il se trouve. Il est si désespéré qu’une nouvelle flamme s’anime en lui et une chanson sort de sa bouche. Dans le un, la musique devient même une force et une arme contre les forces du Mal avec l’exemple de Tom Bombaldil.

     Presque tous les personnages ont chanté au moins une fois, et certains plus régulièrement que d’autre. Maintenant, si vous vous trouvez dans un noir complet et que tout vous tourne le dos, faites comme les personnages de Tolkien : chantez ; et l’espoir renaitra. Il est vrai que dans notre culture on compare la musique à des choses assez gaies. Certes il y a des musiques tristes et déprimantes, mais elles ne coupent en rien la force et la beauté de la musique.

     Prenez de la musique classique par exemple. A l’époque, les grands compositeurs arrivaient à faire ressortir des sentiments, choses immatérielles et abstraites, de certaines mélodies. Quand tout ne va pas bien, on écoute de la musique… Mais je m’égare.

     Autre grand thème (si on peut appeler cela un thème) : la pudeur des sentiments. L’amour est au fond des choses, on le sent, mais on n’en parle pas. On ne sait qu’à la fin qu’Aragorn éprouve un amour réciproque pour Arwen, et ce depuis de longues années. L’auteur nous raconte même leur idylle dans les annexes du livre.

     De même, on devine qu’Eowyn est amoureuse d’Aragorn. Mais il en aime une autre et la jeune femme pense à se laisser mourir. Elle retrouve la force après avoir succombé aux charmes de Faramir. Comme la musique, l’amour peut être une arme contre les ténèbres. N’est-ce pas l’amour de Sam pour Frodon qui va l’aider à aller aussi loin que possible ?

     L’amour est ainsi mis au second plan et ne semble pas prendre une très grande importance. Personne n’avoue aimer, il n’y a pas de baiser échangé, juste des paroles implicites.

     Si l’amour est mis au second plan (malgré son importance tacite) l’amitié, quant à elle, éclate au grand jour. Des « couples » se forment : Merry/Pippin ; Frodon/Sam et Legolas/Gimli.

     La relation Gimli/Legolas est banale mais avec une certaine force. Legolas est un elfe, Gimli un nain, les nains et les elfes se détestent… Tout cela rend leur amitié plus louable. Ils apprennent à se connaitre et à s’apprécier pour ce qu’ils sont au niveau de la personne et non ce qu’ils sont au niveau de la race. Tolkien nous fait là une petite leçon de tolérance. C’est donc dommage que ces deux personnages soient relégués au second plan.

     L’amitié Merry/Pippin : la plus touchante. Les deux vivent des aventures horribles ensemble, ce qui les rapproche. Quand ils se séparent, ils s’en retrouvent tout chambouler. Ils se demandent sans cesse si l’autre va bien et ce qu’il fait. Ils s’inquiètent bien plus pour l’autre que pour le reste de la compagnie. On sent que leurs séparations ne sont que des déchirures. Ils se complètent et s’assemblent à la perfection : comme des âmes sœurs ?

     La relation Sam/Frodon est des plus ambiguës. Quand on lit le livre, on se demande fréquemment (du moins je l’ai fait) si Sam ne ressent rien pour Frodon. Bien entendu je sais que non, mais ils sont vraiment très proches et Sam réagit comme un amoureux envers lui. C’est la relation la plus étrange et celle qui mérite le plus d’être analysée. Disons plutôt qu’il s’agit de respect et d’admiration. Frodon devient un demi-dieu pour Sam qui le vénère et qui en prend soin.

     Je ne vais pas aller plus loin dans les thématiques, ne voulant pas vous assommer avec tout cela. J’aurais aimé pousser cette analyse plus loin, notamment au niveau des personnages qui sont aussi fascinants les uns que les autres. Tolkien leur a offert une personnalité propre et différente pour chacun. Frodon est sage, doux, fragile physiquement mais doté d’une force intérieure immense. Il le seul qui a réussi à « résister » à l’anneau. Sam est un personnage fantastique. Il se consacre aux autres avant de penser à lui-même. Il est capable de tout pour Frodon et rien n’arrive à le décourager, il continue toujours. C’est sans doute lui le personnage le plus admirable et le plus fort. Mais j’ai dit que je n’irai pas plus loin.

 

Livre/film : Je ne vais pas m’attarder ici comme avec les autres car le troisième est sans doute le film qui respecte le moins les livres. Il y en aurait bien trop à dire. Je ne vais donc être exhaustive et ne vous donner que quelques différences qui me semblent bien plus importantes que les autres. Tout d’abord, dans le livre ils n’allument pas les feux au Gondor pour appeler les Rohirrims. Ces derniers se dirigeaient déjà vers le Gondor pour les aider. Je pense ici qu’il s’agit tout simplement d’une mise en scène pour rendre les choses plus spectaculaires : le Gondor en danger, cette série de feux qui s’allument les uns après les autres jusqu’à arriver en Rohan… Cela donne un côté épique à l’histoire et transporte le spectateur qui a le temps de se demander si le Rohan va aider. Surtout que juste avant Théoden avouait qu’il ne voyait pas pourquoi ils iraient aider le Gondor alors qu’ils n’avaient reçu aucune aide de leur part quand ils en avaient eu besoin.

     Deuxième grosse différence, sans doute la plus importante : dans le livre Gollum n’essaie de monter Frodon contre Sam et donc ne réussit pas. Frodon ne se montre pas aussi cruel envers Sam et ne le chasse pas. Ils restent ensemble et soudés. D’ailleurs, c’est tous les deux qu’ils affrontent la terrible araignée et non Frodon seul avant que Sam n’arrive, trop tard. Cette injustice envers Sam ne peut pas laisser les spectateurs indifférents : on déteste Frodon et on plaint Sam (peut-être pas dans cet extrême tout de même.) Dans les films (surtout après avoir lu les livres) mon personnage préféré est Sam. Malgré tout ce que lui fait subir Frodon, il reste près de lui et l’aide : « je ne peux le porter pour vous, mais je peux vous porter vous ! » Gollum est vu comme plus perfide et « sournois » dans le film. Il arrive à tromper Frodon et nous dégoute.

     Dernière qui vaille le coup d’être dite : dans le film vous pouvez voir Elrond rejoindre Aragorn pour lui rendre son épée qui fut brisée et que les forgerons elfes ont ressoudée. Alors que tout est perdu, le seigneur elfe arrive et paf ! l’épée brisée est revenue et Aragorn peut rejoindre l’armée maudite pour qu’elle les aide dans leur combat. N’est-ce pas spectaculaire ? Grandiose ? Magie de l’écran et des effets que cela peut produire. Dans le livre Aragorn l’a bien avant et de souvenir il ne s’en sert pas pour convaincre les morts.

     Peter Jackson change certaines petites choses pour les rendre plus importantes et les faire passer à l’écran avec bien plus de succès. Il fait ainsi des films une trilogie épique qui peut captiver de nombreuses personnes. De part la musique, les scénarios et ces petites choses inattendues, nous sommes entrainés dans l’histoire et nous la vivons avec les personnages.

 

     Pour clore cette série d’article, je dirai que ce film est une petite merveille et les livres sont tout aussi bien. Si vous ne savez pas quoi lire pour cet été (si cet article est publié cet été ^^), je vous conseille cette lecture. En attendant, bonne lecture et bonnes vacances.

M.L.

Source image: librairie Decitre. 

Pour découvrir l'article du tome 1, cliquez ici

Pour découvrir l'article du tome 2, cliquez ici

Commenter cet article