La sirène, le marchand et la courtisane d'Imogen Hermes Gowar (2021) SP

Publié le par Marion L.

La sirène, le marchand et la courtisane d'Imogen Hermes Gowar (2021) SP

XVIIIème siècle : un marchand veuf ; une courtisane qui veut sa liberté ; une sirène... Pour un roman captivant et assez addictif. Il est sorti le 4 mars 21. Un grand merci aux éditions Belfond et à Netgalley pour ce SP.

     Vous l'aurez compris, nous suivons deux personnages : le marchand et la courtisane. La sirène - quant à elle - prend parfois la parole.

     Le Marchand s'appelle M. Hancock. Il vit avec sa nièce dans la maison paternelle. Il a perdu sa femme et son fils pendant l'accouchement. Depuis, il vit seul avec Sukie. Elle est placée chez lui pour ne plus être à la charge de ses parents.

     M. Hancock s'inquiète car son bateau est en mer et qu'il n'a pas de nouvelles. Quand le capitaine revient enfin, il le fait sans bateau mais avec une sirène ; avec l'idée que cela rendra son patron riche !

     La Courtisane s'appelle Angelica Neal. Elle a été une prostituée dans un couvent (maison close.) Son abbesse (la mère maquerelle) lui a tout appris. Elle avait réussi, comme une de ses amies, à se trouver un protecteur. C'est ce qu'elles rêvent toutes pour quitter le bordel, même lorsqu'il est de luxe. Mais son protecteur est mort. Angelica doit se montrer et séduire pour en trouver un autre.

Par un enchaînement d'événements, Angelica et M. Hancock se rencontrent. Puis évoluent tous les deux dans les méandres de leur vie.

     J'ai vu qu'il était comparé à la "Miniaturiste". C'est vrai qu'il y a un petit quelque chose, même si les histoires n'ont rien à voir.

J'ai été captivée par cette histoire. Il a une ambiance dans laquelle je serai bien restée. C'est sans doute grâce à son écriture qui est d'une grande élégance. (Bravo au travail de traduction.)

     Un très bon roman historique avec lequel j'ai appris des choses (notamment l'histoire du contrat passé entre une femme et son protecteur) ; réhaussé par une part de mystère grâce à la sirène. Elle apporte quelque chose d'éthéré, surtout dans la seconde partie (que j'ai beaucoup aimée.)

     Et je le relève parce que c'est un sujet qui me touche mais qui se fond très bien dans l'histoire : il évoque la condition féminine à travers les personnages féminins (nombreux.) Par exemple : tout le monde juge les maquerelles comme étant des monstres car : 1) ce sont d'anciennes putains ; 2) elles obligent de jeunes vierges innocentes à la même dépravation qu'elles ; 3) elles trompent tout le monde, même les hommes... Elles sont surtout protégées par ces messieurs jusqu'à ce qu'elles ne soient plus utiles.

En tout cas, il parle de la prostitution, la liberté féminine, le mariage, les enfants à charge et la volonté de les placer... A travers le destin d'une courtisane (et de son entourage) et d'un marchand (et des femmes qui l'entourent). Et de ce troisième personnage qui est la sirène (et que vous découvrirez.)

Marion (Source image : les éditions Belfond. Retrouvez le livre sur leur site : La sirène, le marchand et la courtisane.)

Publié dans Historique

Commenter cet article

manou 31/03/2021 08:21

Merci d'en parler cette ambiance me plairait aussi ! Je le note...

Marion L. 25/04/2021 16:30

Une très belle découverte pour moi. Un roman assez copieux mais qui fait passer un très bon moment de lecture. Un coup de cœur de début d'année.