Le portrait de Pierre Assouline (2007)

Publié le par Marion L.

Le portrait de Pierre Assouline (2007)

"Les musées sont peuplés de gens étranges. Le spectacle n'est pas toujours sur les murs. On n'imagine pas ce qu'un tableau peut voir et entendre dans une vie sous toutes les latitudes [...] (page 275)

Pierre Assouline propose de découvrir les Rothschild de la fin du XIXe à nos jours (2007, date du roman), à travers un tableau. Un portrait de la baronne Betty de Rothschild, peint en 1848 par Ingres (l'image de couverture.)

     Le livre débute par la mort de la baronne et le réveil du tableau. Elle assiste au deuil de sa famille et observe les visiteurs et ceux qui la regardent en retour. Elle nous dépeint ce qu'elle voit et ce qu'elle en pense.

     C'est aussi l'occasion de se plonger dans ses souvenirs. Et à travers cela, en apprendre plus sur les mœurs de la fin du XIXe et sur la famille. Betty était mariée à son oncle, un homme d'affaire redoutable qui a permis à cette famille juive de l'époque de prospérer. Parfois décriée et critiquée, souvent jalousée, elle a résisté au temps. Comme ce tableau.

"[...] ne pas oublier que les gens ne vous pardonnent jamais le bien que vous leur avez fait. C'est là une constante de la loi d'ingratitude." (page 112)

     Depuis son cadre, la baronne a été transportée dans quelques unes de leurs résidences, a vu sa famille surmonter les obstacles de la guerre alors que les biens étaient pillés par les Allemands, a vu la vente des biens immobiliers, a connu des expositions et des musées, et des visiteurs attentifs, distraits, trop imaginatifs parfois...

L'angle du roman est original, et c'est ce qui m'avait attirée. Il raconte l'histoire du point de vue d'un tableau comme s'il contenait l'âme de la défunte baronne. Ce qui n'est pas anodin car un tableau est un objet que l'on regarde, que l'on admire. Imaginer qu'il puisse vous voir en retour lui donne une autre dimension.

     Il s'agit d'une sorte de biographie très romancée de cette famille. Et la bibliographie de fin - qui reprend les sources de l'auteur - confirme le travail de recherche de l'écrivain sur les Rothschild.

     C'est un long monologue de la baronne qui raconte sa vie, sa famille, ses connaissances. Qui, parfois, commente ce qui se passe devant elle, mais qui, en majorité, nous livre ses pensées et ses pérégrinations intellectuelles. Un peu comme une personne plongée dans ses pensées.

Un livre intéressant. Il vous donnera peut-être envie de découvrir, plus en détail, cette peinture et vous fera, peut-être, voir les tableaux autrement.

Marion (Source image : librairie Durance)

"Il suffit de quelques notes pour ressusciter un monde disparu. Une âme nostalgique n'en demande pas davantage pour se convaincre que la musique aide aussi à être un peu mieux malheureux." (page 117)

Publié dans Historique

Commenter cet article

M
Je vois que toi aussi tu as des lectures variées ! Je ne lis pas trop de romans ou d'essais historiques mais j'ai lu quelques livres de Pierre Assouline dont en particulier la biographie qu'il a écrit sur Gallimard (quand je passais le CAFB !) et "Double vie" qui avait reçu un prix...ça date à présent ! Mais je n'ai rien lu depuis des années...
Répondre
M
Quel plaisir de varier ses lectures ! Même si on revient souvent sur les mêmes genres ^^. J'avais beaucoup entendu parler de cet auteur sans l'avoir lu. Chose faite et c'est une bonne expérience. Il faudra que je lise sa bio sur Gallimard, merci pour l'info.