J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle de Jo Witek (2021) SP

Publié le par Marion L.

J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle de Jo Witek (2021) SP

Un titre intriguant qui, associé à la couverture, laisse deviner une thématique forte. Peut-être que vous ne la devinerez pas, mais vous n'en serez peut-être pas loin. Une fille - 14 ans - une mauvaise nouvelle : comment ne pas imaginer le pire ? Merci aux éditions Actes Sud pour ce SP (sorti le 3 février 21)

     Efi revient dans son village pour les vacances. Elle est contente de montrer ses bons résultats scolaires à ses parents qui lui ont permis d'aller au collège. Elle rêve de devenir ingénieure et d'améliorer le quotidien des siens. Elle se sent privilégiée car elle est la seule fille du village à suivre les cours du collège.

     En plus, elle va avoir 14 ans et pourra le fêter avec les siens. Mais quand elle revient, à l'arrière de la mobylette de son oncle, elle n'est pas accueillie comme elle l'espérait. Les adultes sont étranges. Elle ne peut plus sortir comme elle veut et jouer avec les autres enfants. Pourquoi ? On lui répond qu'elle est désormais "nubile".

     Et ça veut dire quoi ? Elle pense deviner mais il faudra une conversation entre amies, au bord de la rivière, pour le comprendre : nubile = bonne à marier. C'est ce que ses parents lui réservent. Son père a des dettes, elle devra se marier.

     Et elle doit en être heureuse car c'est un bon parti. Et puis les filles n'ont que cet intérêt : se marier et avoir des enfants. Et tout faire dans la maison. Mais voilà, Efi a connu une autre vie, elle a eu une éducation, elle a croisé une ONG en ville qui lui a expliqué ses droits... elle espérait y échapper.

"Je me débats avec mes idées, mes pensées, ma culture et mon cœur innocent. Mais très vite, je découvre que c'est chose vaine. Je n'ai pas à répondre. Il n'y a pas de questions. Mon père m'a déjà offerte. Il a parlé en mon nom. D'ailleurs je n'ai pas de nom. Je suis une fille. Je ne suis rien. Je n'ai pas de prénom ni de destin. Je suis la fille. Sa fille et bientôt la femme d'un mari. Je ne suis qu'une simple marchandise que les hommes se passent de main en main." (page 36 sur liseuse.)

     Un extrait qui vous illustre la puissance des mots et de l'écriture de Jo Witek à travers les pensées de cette jeune fille.

Nous la suivons pendant cette épreuve : son mariage forcé à 14 ans et ses espoirs de s'en sortir, de continuer ses études et d'empêcher que d'autres filles vivent la même expérience.

"Tout ce que j'ai, tout ce que je suis appartient maintenant à mon mari. Mon corps, mon courage, mes idées, mon intelligence, mes connaissances, mes compétences, ma force, mon ventre. Il pourra se servir à volonté, me piller sans complexe et s'appuyer sur moi de tout son poids, tout en me faisant croire que je ne vaux rien. C'est ainsi que les choses sont ordonnées." (page 74 sur liseuse)

     Les éditions Actes Sud proposent une rencontre avec Jo Witek lundi 22 février à 18h30. Une superbe opportunité. J'ai hâte d'échanger avec elle sur ce texte. Il est court (92 pages sur liseuse, 176 en papier), mais en raconte beaucoup. Tout en vous frappant comme il faut.

Un livre coup de poing à partir de 13 ans. Jo Witek sait trouver les mots. Je connaissais cette autrice de réputation mais n'avais pas encore lu ses textes. Je vais m'y mettre car j'aime beaucoup sa manière de raconter.

Marion (Source image : les éditions Actes Sud. Retrouvez le livre sur leur site : J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle.)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article

M
C'est un auteur que j'aime beaucoup ! J'en ai lu deux pour l'instant d'elle et ce sont des romans très forts ! Je note celui-ci que je ne connaissais pas. Merci de ta chronique
Répondre
M
Comme beaucoup d'auteurs, nous savons qu'ils sont bons et nous les conseillons... sans les avoir lus. J'étais contente de passer le cap de la lecture. Je vais en essayer d'autres. Merci pour ton retour.