Les femmes qui lisent sont dangereuses de Laure Adler et Stefan Bollmann (2015)

Publié le par Marion L.

Les femmes qui lisent sont dangereuses de Laure Adler et Stefan Bollmann (2015)

En quoi ? Comment ? Qui sont-elles ?

     Un texte d'introduction répond brièvement à ces questions. Il revient sur l'évolution de la lecture, en parallèle de l'évolution de la société. Cette pratique peut se développer grâce à l'apparition du temps libre.

     J'avais entendu parler de ce livre comme témoignage de figures féminines. Et j'étais curieuse de les rencontrer. Je me suis confrontée à ma fâcheuse tendance à ne pas lire les résumés. Parfois nous avons des bonnes surprises, parfois des déceptions.

     Avec ce livre j'ai connu les deux. Une déception car je m'attendais à autre chose (ce qu'on ne peut pas du tout reprocher aux auteurs.) Je pensais que ce documentaire nous présentait des femmes, des destins littéraires, des portraits de femmes de lettres ou des intellectuelles. Des femmes qui pensent, qui s'expriment et qui sont vues comme dangereuses car elles lisent. Des femmes que l'Histoire avec un grand H a peut-être oubliées. Mais j'ai dû confondre avec d'autres documentaires qui le font.

Ici ce sont des lectrices. Des lectrices représentées en peinture ou en photos, du Moyen-Âge au XXe Siècle.

     A travers ces tableaux, ces dessins et ces photographies, nous retraçons l'évolution de la lecture pour les femmes. Avec, pour commencer, une sextuelle et un texte. Puis une suite d'œuvre commentée, analysée et parfois remises dans un contexte.

     L'évolution de cette représentation - la lecture des femmes - est très intéressante et représentative de son époque. Au début, la lecture était religieuse, pieuse et utile. Puis, petit à petit, elle est devenue empathique (dans le sens qu'elle fait ressentir des choses) et de plus en plus frivole (avec des magazines par exemple.)

     J'ai appris que la lecture silencieuse que nous pratiquons tous aujourd'hui ne se faisait pas à une époque ; qu'au contraire, les lectures se faisaient à voix haute.

     Alors même si je n'ai pas trouvé ce à quoi je m'attendais, j'ai appris et j'ai trouvé ce livre intéressant.

     Un bémol malgré tout : l'écriture de la personne qui l'a écrit. C'est un livre à quatre mains, je ne sais donc pas comment s'est effectuée la rédaction mais le style est assez ampoulé et les phrases sont complexes. Pas dans leur compréhension (quoique des fois) mais dans leur construction avec plusieurs subordonnées dans une phrase, par exemple. Ce qui peut rappeler Proust et ne rend pas la lecture fluide.

C'est un livre qui se lit dans le silence et même, pourquoi pas, par petite touche. Le petit bémol peut le rendre moins accessible. De mon côté, j'étais contente de le découvrir, surtout que j'avais prévu de le lire depuis sa sortie en 2015. Chose faite, et vous ? Vous en avez pensé quoi ?

Marion (Source image : librairie Durance.)

Publié dans Documentaire

Commenter cet article