Winterwood de Shea Ernshaw (2020) SP

Publié le par Marion L.

Winterwood de Shea Ernshaw (2020) SP

Un plaisir de lire de nouveau cette autrice découverte avec "The Wicked Deep". Ici nous restons dans le côté sorcières et légendes, cette fois non pas près de l'océan et du chant des sirènes mais en forêt, celle des contes qui perdent les gens et les attaquent. Il sort aujourd'hui ! (le 21 octobre)

     Nora est une Walker, une famille de sorcières, génération après génération. Elles ont toujours vécu ici, en pleine nature, un lieu relié au monde par une seule route que l'hiver coupe.

     L'été, elle n'est plus seule à profiter de la forêt et du lac. Sa mère, anciennement sa grand-mère, et elle vivent ici à l'année, contrairement aux autres. Il y a juste ce camp pour garçons difficiles de l'autre côté du lac et Monsieur Perkins.

     Autrefois, les hommes venaient ici chercher de l'or.

     Les Walker étaient là bien avant. Elles poussent ici et ne peuvent s'en éloigner. Elles ont le sang de lune, elles ont un don. Elles seules peuvent entrer dans la forêt ancestrale, les bois de Wicker Woods, les nuits de pleine lune, quand la forêt dort.

"Les arbres se souviennent de ceux qui ont gravé leurs noms et taillé des cœurs dans leur écorce, de ceux qui ont lâché une cigarette dans un tas de feuilles mortes et roussi leur tronc nu. Ils savent qui a cassé une branche et arraché des feuilles ou des aiguilles de pin par poignées, juste pour commencer un feu de joie.

Ils s'en souviennent. Et ils sont rancuniers. Des branches pointues peuvent faire couler le sang. Des ronces peuvent attraper un pied et faire tomber quelqu'un pour qu'il se fende le crâne." (page 94 sur liseuse.)

     Une tempête a coupé la route et l'électricité. Deux semaines plus tard, Nora a profité de la pleine lune pour entrer dans la forêt. Elle y a trouvé un garçon, Oliver. Un garçon du camp qui a disparu le soir de la tempête. Comme les autres objets perdus qu'elle trouve dans la forêt, elle le ramène. Mais il n'est pas à elle. Et surtout, il cache un grand secret, car ce soir-là, celui de la tempête, un garçon a disparu et un autre est mort.

Un roman à l'image de son personnage principal : calme, secret, mystérieux et magique. Il vous donne vraiment la sensation d'être en pleine forêt, le monde rendu silencieux par la neige. Un monde dans lequel vous ne vous sentez pas en sécurité car il y a quelque chose d'endormi, quelque chose qui ne doit pas se réveiller.

     Elle avait déjà donné cet aspect légendes et contes à son premier. Mais dans celui-ci, ce côté est plus abouti. Contrairement au premier, j'ai beaucoup aimé du début à la fin. Car même si nous trouvons vite le grand secret, nous sommes dans l'histoire avec Nora, et finalement, ce n'est pas si grave.

     Nora veut être une Walker, même si être considérée comme une sorcière et faire peur (on parle d'elle le soir pour effrayer les garçons) n'est pas toujours facile, elle accepte pleinement cet héritage. Et elle vit avec les décoctions, les petits sortilèges, le respect de la forêt et la crainte de ses dangers, le livre familial.

     La forêt est dangereuse mais Nora est confrontée à certains garçons du camp... Elle maîtrise la nature, elle connaît ses colères, elle sait comment s'y prendre avec elle. Pas avec eux.

Je pourrai encore en parler pendant des pages ! L'histoire d'amour est bien traitée, la fin est vraiment chouette, l'ambiance de cette forêt et de ce monde coupé de tout par la neige est prenant et maîtrisé... il ne fait pas peur, il n'est pas vraiment oppressant, mais il a quelque chose.

Marion (Source image : les éditions Rageot. Retrouvez le livre sur leur site internet : Winterwood)

Commenter cet article