The last de Hanna Jameson (2020) SP

Publié le par Marion L.

The last de Hanna Jameson (2020) SP

La fin du monde est arrivée. Et si les derniers survivants (ou presque) étaient une vingtaine de personnes dans un hôtel perdu au milieu de nulle part ? Ou quand "Shining" rencontre le monde de la dystopie.

     Jon est un professeur et un historien américain venu se perdre dans cet hôtel, au milieu de la forêt, quelque part en Suisse, pour une conférence.

     Il déjeunait tranquillement lorsque la nouvelle est tombée : plusieurs grandes villes ont été touchées par des bombes nucléaires, dont Washington. La fin du monde est arrivée, et ils sont sans doute les derniers survivants.

     Après la panique ils ne sont plus qu'une vingtaine, obligés de rationner l'électricité. Sans électricité, ni Internet, ils ne peuvent pas en savoir plus. Et Jon ne peut pas contacter sa femme et ses enfants pour savoir s'ils sont encore en vie. En tant qu'historien, Jon retranscrit leurs journées sur du papier, au cas où.

     L'hôtel où ils logent a mauvaise réputation. Il y aurait eu plusieurs suicides, un tueur en série... et les personnages ont parfois l'impression qu'ils ne sont pas vraiment seuls entre ces murs. Pourtant, ce n'est pas une histoire de fantômes à proprement parler.

     La tension, déjà importante, augmente lorsque le corps d'une petite fille est retrouvé. Jon veut retrouver le coupable et enquête. Mais certains ont des secrets qu'ils ne veulent pas qu'on découvre. Jon doit-il se méfier ? Et si oui, de qui ?

     Un roman à l'ambiance un peu étrange, un peu comme "Shining" (les fantômes en moins.) Car nous sommes coincés avec ces personnes dans un semi huis-clos (pas tout à fait un), avec leur stress, leurs tensions. Parce que les stocks de nourriture baissent, le ciel est recouvert d'étranges nuages dû aux multiples explosions, un corps est retrouvé, personne n'a de nouvelles, les gens se suicident... Il y a forcément un brin de folie, quelque chose de latent.

     Et l'auteure lance des pistes, par-ci par-là, pour nous perdre nous aussi : sont-ils mort et dans une forme de purgatoire ? Sont-ils vraiment les seuls survivants ? Sont-ils tombés dans une sorte de dystopie ? Faut-il qu'ls se méfient ou osent ?

J'ai bien aimé cette ambiance. Et il a ce petit quelque chose à mettre sur le compte de Jon, le narrateur et l'auteur de ces textes, qui ajoute une sorte de décalage. Il se passe des choses, le quotidien n'est pas complètement monotone (surtout pas celui de Jon), il y a de l'action, du suspens, des rebondissements...  mais le ton reste calme. Ce qui va avec le fait que c'est un historien qui relate les faits. Il met une légère distance, sans pour autant rendre le texte trop objectif ou froid. C'est l'un de ses points forts, ça, les pistes et des petits détails sur la vie en société, les rapports humains...

Marion (Source image : HLAB, la maison numérique des éditions Hachette. Retrouvez le livre sur leur site : The last.)

Commenter cet article

M
Je n'arriverai jamais à tout lire ! Il y a trop de superbes présentations sur les blogs en ce moment ! Merci pour ta critique
Répondre
M
Avec la rentrée littéraire, les propositions de lecture explosent. J'ai tellement de livres à lire en ce moment que j'ai fait une pause dans mes pérégrinations sur les blogs... mais ce n'est pas bien, il faut que je vienne voir le tien, j'ai raté beaucoup d'articles !