Le signal de Maxime Chattam (2018)

Publié le par Marion L.

Le signal de Maxime Chattam (2018)

Une menace rôde. Des meurtres sanglants. Des enfants pourchassés par un monstre... un danger latent. Et parfois, de grosses frayeurs pour le lecteur.

     La famille Spencer a quitté la grande ville pour s'installer dans un coin un peu perdu des Etats-Unis, Mahingan Falls. Ils espèrent s'y reconstruire. Que Tom, le père, dramaturge, retrouve l'inspiration et s'éloigne des producteurs, qu'Olivia, la mère, star d'une émission matinale se recentre, revienne à ses premières amours et s'éloigne du show-biz, que leur neveu, Owen, se reconstruise après la mort de ses parents et que Chad et Zoey, leurs enfants, vivent dans un lieu apaisant.

Apaisant ? Au début tout se passe bien malgré quelques frayeurs nocturnes, surtout pour baby Zoé. Les garçons s'intègrent bien et la famille trouve ses marques.

     De son côté, Ethan Cobb, lieutenant de police, a lui aussi quitté la ville pour ce coin. Un endroit tranquille, loin de la grande ville. Jusqu'à la première disparition. Puis des meurtres étranges. Ethan sent que quelque chose se passe, mais quoi ? Surtout que le chef de la police, Warden, trouve des excuses pour expliquer ces morts. Pour lui, il s'agit juste d'une loi des séries. Il ne veut pas que des extérieurs interviennent et tente de brider le lieutenant.

Ce roman est touffu et les choses viennent de tous les côtés, car cette bourgade américaine a connu son lot d'horreur, de massacres et de morts.

     Maxime Chattam s'amuse avec les codes de l'horreur ; l'épouvantail, la forme dans le noir, les lumières qui clignotent, les bruits... A certains moments je me demandais s'il n'y avait pas des scènes en trop, notamment avec ce Derek Cox. Mais finalement, pas chez Maxime Chattam, car avec lui, tout est lié, chaque événement a son importance.

      Je ferais bien une analyse sur la raison de tout ça, mais ce serait vous révéler quelque chose que je ne souhaite pas.

    J'aurais aimé qu'il aille plus loin sur les concordances avec des personnes du passé comme l'épouvantail. Que les monstres du passé reviennent continuer leurs meurtres. Car il y a dans ce livre un mélange entre thriller et fantastique qui donne une ambiance intéressante.

     J'avais envie d'avoir peur, j'ai donc passé un très bon moment. A lire si vous avez l'estomac bien accroché, car je ne vous le cache pas, c'est gore. Allez, je le dis, j'ai moins aimé la fin. La peur ressentie devient du suspens et non cette peur mystérieuse qui me plaisait. Car le danger est là, au grand jour. Trop concret pour moi, on perd ce quelque chose du reste du livre. Et puis, je me suis attachée aux personnages...

Un livre qui fonctionne si vous aimez le genre de l'horreur. Avis aux amateurs.

Marion

"[...] Nul homme ne court plus vite que ses fantômes." (page 247)

Commenter cet article