Fingus Malister 2 : crâne bavard, grimoire et magie noire d'Ariel Holzl (2020) SP

Publié le par Marion L.

Fingus Malister 2 : crâne bavard, grimoire et magie noire d'Ariel Holzl (2020) SP

Je retrouve avec plaisir Fingus Malister, Polly, le crâne du grand-père Malister et les autres. Le personnage de Fingus est le gros point fort de ces deux livres jeunesse. Je vous en dis plus. Il sort le 14 octobre, merci aux éditions Rageot et à Netgalley pour ce SP en avant-première. Et si vous voulez découvrir le tome 1, c'est par ici : Fingus Malister 1 : feux follets, mandragore et cadavre frais. 

     Nous retrouvons Fingus, de nouveau à la chasse aux feux follets. Cette fois avec une meilleure technique et toujours sous l'influence du crâne de son grand-père.

     Comme Fingus cherche encore à devenir un grand nécromancien, il accepte les missions farfelues du crâne. Cette fois, il part à la recherche d'un grimoire de magie noire avancée. Avec ses sortilèges, il deviendra un diabolique méchant.

     En voulant le protéger de la mauvaise influence du grand-père, Polly est entraînée dans ses aventures. Elle est comme son ange gardien, l'influence positive qui contrebalance celle du grand-père de Fingus.

      Fingus essaie de faire perdurer l'héritage de sa famille qu'il n'a jamais connue (les villageois en ont eu plus qu'assez de la famille Malister, de leurs sacrifices et mauvaises actions. Ils se sont rebellés et ont détruit la famille et la demeure familiale alors que Fingus n'était qu'un bébé. Il a été le seul survivant.)

Il essaie donc de faire honneur aux siens, comme une manière de les garder vivant près de lui.

     Il cherche donc à faire le mal et à être méchant. Et il y arrive (un peu), même si nous sentons que ce n'est pas naturel chez lui. Il a un petit côté très touchant. Comme quoi, ce n'est pas simple d'être méchant.

     Tout ça en fait un personnage assez atypique et très intéressant. Dans une histoire courte, bien adaptée aux plus jeunes (environ 8 ans), qui se centre autour d'un seul élément perturbateur, disons : un livre = une aventure.

Une bonne aventure qui fait passer un bon moment. Tout en laissant l'opportunité d'une lecture plus profonde avec l'amitié, la famille, la solitude, l'attachement, la prédestination, l'héritage familial, le fait de faire ses propres choix, les conséquences de ses actes...

Marion (Source image : les éditions Rageot. Retrouvez le livre sur leur site : Fingus Malister 2)

Commenter cet article