Un ours dans la bergerie de Quitterie Simon (2015)

Publié le par Marion L.

Un ours dans la bergerie de Quitterie Simon (2015)

Eleveurs VS ours. Et au milieu ? Un garçon de 12 ans.

     Elias vit dans les Pyrénées, au cœur des montagnes. Son père y élève des moutons et la voix avec ses amis contre les défenseurs des ours qui attaquent leurs troupeaux. D'ailleurs, le livre commence ainsi, par les revendications des hommes contre les ours.

     C'est dans ce contexte qu'Elias tombe sur un ourson blessé. Il ne peut pas l'abandonner... ni le ramener chez lui. Il l'installe donc dans la bergerie en attendant de trouver mieux et de le soigner. Mais la rumeur se propage et Elias devient vite un paria dans ce village d'éleveurs et d'ennemis des ours.

     Elias ne supporte pas la réaction des autres, de ceux du collège, de ses amis qui préfèrent leur colère à leur amitié. Dans un endroit où tout le monde se connaît, où tout se sait, un tel secret est une bombe.

Sauver l'ours ? Ou respecter les conventions sociales qui l'entourent et l'abandonner à son sort ? Voilà un choix épineux pour un garçon de 6ème.

     Pour les enfants qui aiment lire, à partir de 12 ans. De mon côté, je l'ai lu en vue d'une sélection professionnelle pour un voyage-lecture avec les classes. Une histoire charmante.

L'ourson est en arrière plan ; il est l'élément perturbateur, la raison de l'histoire, sans en être le sujet. Comme s'il ne faisait que passer dans la vie d'Elias. Un sujet intéressant et original, à traiter avec les enfants.

Marion (Source image : librairie Durance)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article

manou 17/09/2020 08:24

Un livre jeunesse intéressant en effet. Partir d'une lecture permet d'ouvrir le débat :) Merci pour cette suggestion

Marion L. 09/10/2020 16:12

Exactement. En ce moment je suis tombée sur plusieurs romans de ce genre. Ce qui m'a donné très envie de lancer quelque chose en partenariat avec les collèges/lycées (à travers le CDI ^^) de la ville où je travaille autour de ces livres, d'engager le débat. Ce ne sera sans doute pas pour 2021, mais je garde l'idée !