Meurtres à la pause déjeuner de Viola Veloce (2015)

Publié le par Marion L.

Meurtres à la pause déjeuner de Viola Veloce (2015)

Un roman policier ou pas tant que ça, en fait, même s'il y a un meurtre. Disons, une plongée dans une entreprise italienne un peu loufoque.

     Francesca est une employée modèle, au même service comptabilité d'une entreprise depuis dix ans. Un jour, alors qu'elle revient de sa pause déjeuner, elle retrouve le cadavre d'une de ses collègues dans les toilettes. C'est le début de la peur et d'autres meurtres.

Si vous vous attendez à un banal roman policier, vous serez déçu. Ce livre va plus loin et se concentre surtout sur les personnages, et sur des personnages assez loufoques.

     Entre le remplaçant de la morte qui rend fou tout le monde et ne travaille pas tant qu'il ne reçoit pas un ordre précis ; la mère dépressive qui passe ses journées à regarder Esprits Criminels ou Dexter, shootée au Valium, qui porte tous les malheurs de sa fille sur ses épaules et veut à tout prix la voir marier ; un père, pro des plats décongelés, qui joue aux infirmiers ; un syndicat virulent qui surfe sur tout et n'importe quoi pour faire passer des projets ou revendiquer tout et n'importe quoi ; un directeur très particulier...

     Bref, ce livre serait-il une satire de la vie dans les grandes entreprises ? Le tout sur fond d'enquête, même si Francesca semble plus efficace que la police.

     Un livre de la rentrée littéraire de 2015 qui semblait drôle, rafraichissant et original. Il l'est.

Un livre qui change et mérite d'être découvert. Laissez-vous entrainer dans cette entreprise où le syndicat est tenace et virulent... jusqu'au ridicule.

Marion (Source image : librairie Durance)

Publié dans Policier-thriller

Commenter cet article

M
La couverture est amusante et on sent bien que le livre va être un peu décalé ! Merci pour cette suggestion Marion, je suis un peu dépassée en ce moment par la quantité de livres que je voudrais lire :)
Répondre
M
De souvenir, la couverture m'avait interpellée et le résumé avait achevé de me convaincre d'essayer. J'avais envie de lire quelque chose d'humoristique.<br /> C'est le syndrome du lecteur ^^.