L'enfant de Schindler de Léon Leyson (2014)

Publié le par Marion L.

L'enfant de Schindler de Léon Leyson (2014)

L'enfant de Schindler raconte l'histoire de Leib Lejzon, devenu Leon Leyson, enfant juif pendant la seconde guerre mondiale, et comment sa joie de vivre et son innocence d'enfant ont été saccagés par un cauchemar : celui des Nazis, de leur conquête et de leur haine envers le peuple juif.

     Il est comparé au journal d'Anne Franck, car il s'agit aussi (sans doute) du témoignage d'un enfant persécuté pour le simple fait d'être né juif.

     Leib vit en Pologne dans un petit village avec sa famille. Son père trouve un emploi à Cracovie, à plusieurs kilomètres de là. Après cinq ans, toute la famille le rejoint. Un dépaysement qui émerveille l'enfant. Il se fait des amis, tout va bien même s'ils ne vivent pas dans l'opulence.

     Et puis la guerre éclate, les allemands sont victorieux. Elle est encore loin et l'enfant rêve de ces soldats anglais et français qui les vaincront. Sauf que les Allemands marchent jusqu'en Pologne et Cracovie. Alors ses amis lui tournent le dos et il n'est plus bon d'être né juif entre les injustices, les humiliations, les coups, le danger...

     Et puis vient les ghettos, ils sont parqués dans des espaces réduits. Puis les déportations, auxquelles ils s'échappent grâce à des cachettes et à Schindler.

     Comme il ne nous dévoile que ce qu'il voit de ce personnage : fête jusqu'au petit matin, travail acharné pour les employés qui mangent à peine, forme d'exploitation... Il peut être difficile de voir où se trouve véritablement le héros, même si le personnage le vénérait comme tel.

     Et puis, quand on y réfléchit, on voit ce qu'il fait dans l'ombre, ce qu'il fait pour éloigner ses employés des camps et des hommes qui pourraient les tuer. Et alors ça vous saute aux yeux. En comparaison de l'inaction de beaucoup et surtout de l'horreur de cette époque, c'était fabuleux. Il n'a pas fui et aurait pu connaitre un bien triste sort s'il avait été démasqué.

     Comment survivre et se reconstruire par la suite, ne pas laisser un passé ignoble et douloureux diriger notre vie. Il voulait, pas de petits gestes, se rebeller, contrer le nazisme. Avoir survécu, se reconstruire et faire ce qu'il a fait, devenir ce qu'il est devenu, voilà un moyen radical de les contrer, de leur tenir tête : vivre et devenir heureux.

Un témoignage touchant, lourd et si transparent de vérité. Pourtant, pas d'oppression pour le lecteur, il est adapté à un public jeune à partir de 12 ans.

Marion (Source image : librairie Durance)

Commenter cet article