Un enfant à tout prix de Pascale Rault-Delmas (2020) SP

Publié le par Marion L.

Un enfant à tout prix de Pascale Rault-Delmas (2020) SP

Un grand merci à Pascale Rault-Delmas d'avoir pensé à moi pour recevoir son dernier roman. Je vous invite à découvrir son précédent : La compagnie des livres. 

     Isabelle est hôtesse de l'air sur le Concorde dans les années 80. C'est lors d'un trajet qu'elle fait la connaissance d'Andrew, un américain aux origines françaises. Un amour fou nait entre eux.

     Si fort que lorsqu'Andrew lui fait part de son envie d'enfant, Isabelle accepte. Pour lui, elle changera son poste et elle subira de multiples examens médicaux. Elle qui ne voulait pas d'enfant - ou en tout cas ne l'envisageait pas - sent monter en elle l'envie.

     Mais vouloir ou essayer ne suffit pas et Isabelle se retrouve confronter à de lourdes difficultés. Pascale Rault-Delmas aborde ici une forme de charge mentale pour la femme. Car pas une fois Andrew ne s'inquiète de la contraception avant de vouloir un enfant. Et pas une fois il n'accompagnera Isabelle à ses visites médicales.

     Car dans les années 80, la procréation médicalement assistée est à ses débuts. Si on constate la difficulté des femmes à concevoir aujourd'hui, imaginez ce qu'elles vivaient à cette époque.

Une charge qui met à mal leur couple.

     En parallèle, nous suivons Agnès et Antoine. Un couple uni qui cherche à avoir un enfant malgré les difficultés. Un parcours du combattant qui peut avoir raison des meilleures volontés.

     Autour de ces personnages gravitent d'autres personnages féminins entre une mère célibataire, une femme mariée avec deux enfants, une fille-mère pas prête, une femme rejetée par sa famille ou la société...

Vouloir un enfant peut avoir un prix. Il en coûte à ces personnages : un couple, une vie, du temps, une carrière, des amis...

     A travers ces personnages, Pascale Rault-Delmas nous offre des portraits de femmes. Chacune avec son parcours et un point commun : la maternité. Ce qui sous-entend aussi l'absence de maternité car des difficultés à concevoir. Ce qui nous amène à la médecine et à l'adoption.

     Comme je disais plus haut, la PMA est à ses débuts avec le premier bébé éprouvette. Les femmes qui s'y lancent mènent un vrai parcours du combattant avec ou sans leur conjoint. Il y a l'espoir, il y a la maladresse des médecins, il y a l'engagement de soi qui coûte physiquement et mentalement, il y a la méconnaissance du corps de la femme pour les hommes et de son propre corps pour les femmes.

     Mais il y a aussi l'adoption. Et à cette époque, il est peut-être difficile d'adopter en France mais pas à l'étranger. Des associations proposent de vous ramener un bébé de Corée, d'Amérique du Sud...

     Il se passe toujours quelque chose, ce qui vous empêche de reposer le roman. Un roman que je qualifierai de feel-good. Il vous fait traverser plusieurs émotions pour, au final, vous faire du bien.

Un roman qui parle aussi de paternité et des enfants. Mais qui met à l'honneur la femme autour de la thématique de la maternité. Qui se passe peut-être dans les années 80 mais reste d'actualité pour certains sujets.

Marion (Retrouvez le livre sur le site des éditions Charleston : Un enfant à tout prix)

Publié dans Autres

Commenter cet article

M
J'en ai entendu parler et ce roman est en effet un témoignage intéressant de cette époque, pas facile aujourd'hui, ce n'était pas du tout facile non plus dans le passé. Souvent l'homme n'acceptait pas que le problème vienne de lui en plus et les traitements hormonaux étaient très lourds pour les femmes, en plus de la charge psychologique. A découvrir peut-être un jour. Merci Marion pour ta présentation.
Répondre
M
A découvrir. En plus, il aborde un thème intéressant, toujours d'actualité, tout en étant "feel-good" et lecture doudou. Et ce que j'ai aimé c'est que les hommes ne sont pas dépeints comme des ordures malgré tout. Le compagnon de l'héroïne ne fait pas d'effort, mais pas parce que c'est un "salaud ; parce que la société est comme ça, que l'éducation est comme ça, qu'il n'y connaît rien et que la question ne se posait même pas. Au contraire, un autre personnage masculin est très présent auprès de sa compagne.