Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux (2014)

Publié le par Marion L.

Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux (2014)

Bo et Hama se sont promis que tant qu'ils seraient vivants, jamais ils ne se sépareraient.

     Tout commence par l'amour, celui de Bo et Hama. Un amour qui effraie autant qu'il apaise et apporte un nouveau souffle aux habitants. Car il apparaît dans un monde détruit.

     Dans cette ville il y a une usine, la seule à des kilomètres car tout est fermé. Les ouvriers y travaillent jour et nuit, dans un roulement, de l'aube au soir, 6 jours sur 7.

     Hama est de l'équipe de nuit et Bo de jour. Ils se croisent seulement au changement d'équipe et ne peuvent s'aimer pleinement que le dimanche. Dans ce nouveau monde l'espoir et l'amour n'existent pas, alors ce nouveau couple qui s'aime n'est pas normal.

     Puis vient l'accident qui est forcément de la faute de Bo aux yeux de tous. Il ne remarque pas cette hostilité à son égard ou s'en moque, trop concentré sur son nouveau projet et son inquiétude pour Hama suite à l'accident.

Obligés de fuir, le couple commence son périple. Ils feront des rencontres, découvriront des mystères qui les dépassent.

     Les paroles énigmatiques du vieux Melkior prennent tout leur sens. Rien ne va sans son opposé, il n'y a pas de vie sans mort, pas de lumière sans obscurité, pas de possible sans impossible. Nous pourrions comparer ce roman à un conte.

     Il y a forcément un ennemi puisqu'il y a la guerre, d'abord très lointaine. D'ailleurs, Bo et Hama travaillent dans une usine qui fabrique des armes. Mais cette guerre semble irréelle, comme une simple idée. Puis elle est là, à leur porte, mais l'ennemi qui attaque est inconnu. C'est une menace sans nom, ce qui la rend générale. L'ennemi peut être n'importe qui.

Le plus important est l'amour, mais peut-il tout surmonter ?

     Ils croisent des hommes qui vivent sous terre, pour mieux affronter les rigueurs de la nature et du climat. Chassés il y a plusieurs générations, ils vivent en autarcie, mais ce qui protège peut détruire, et cette autarcie, cette peur des autres et du monde extérieur les tue. Ils vont s'éteindre et toutes leurs connaissances avec eux, car chacun était spécialisé dans un domaine.

     Cet aspect conte peut dérouter. Je lui ai d'ailleurs préféré "l'aube sera grandiose" que j'ai lu plusieurs années après, à sa sortie.

Cette histoire est très belle. Elle connait ses instants de violence et de doute, mais nous voulons nous souvenir de cette histoire d'amour dans un monde qui ne connait plus l'amour, et celle en devenir, car l'histoire peut se répéter. Tant que nous sommes vivants...

Marion (Source image : librairie Durance)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article

M
Un auteur que j'apprécie énormément et donc vu ta présentation, même si ce n'est pas ton préféré, je le lirai c'est certain ! Belle fin de journée
Répondre
M
Il est agréable à lire et intéressant, mais c'est vrai que j'ai préféré "l'aube sera grandiose". Pourtant il y a cette petite touche de conteuse qui est là aussi.<br /> Il faudrait que j'en essaie d'autres.<br /> Bonne fin de journée.