La théorie des poignées de main de Fabienne Betting (2020) SP

Publié le par Marion L.

La théorie des poignées de main de Fabienne Betting (2020) SP

J'avais lu son premier roman "Bons baisers de Mesménie" à sa sortie et j'en garde encore aujourd'hui un très bon souvenir (l'article le confirme.) C'est donc avec joie que j'ai accueilli la demande de l'autrice de m'envoyer son second roman qui est sorti chez Les Escales le 18 juin. Un grand merci à Fabienne Betting pour ce beau cadeau et à sa maison d'édition pour l'envoi d'un exemplaire papier. Je ne peux que vous conseiller de mettre la main dessus. Pas convaincus ?

     Ok. Commençons par l'histoire. Antoine Cavallero est un étudiant en statistiques (doctorat de mathématiques.) Sa thèse consiste à prouver la théorie des six degrés de séparation. Vous en avez peut-être entendu parler : celle qui dit que vous êtes à six personnes d'une personnalité, que vous connaissez quelqu'un qui connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un… qui connaît Barack Obama.

     Cette théorie n'a jamais été prouvée, ce que cherche à faire Antoine. Ce qu'il explique lors d'un colloque organisé par la Société des Sciences des Réseaux (SSR).

     Tout se passait bien lorsqu'un homme, le professeur Denis Metelet, l'interpelle et remet en cause son travail. Ce sera la base d'un défi lancé et d'un pari entre les deux hommes. Antoine s'engage à retrouver une personne choisie par le professeur et à prouver qu'il est séparé d'elle de six personnes maximum.

     La toile et le monde scientifique s'emballent. Surtout que la SSR est intéressée par cette expérience et a accepté de la financer, de l'arbitrer et d'en faire des retours sur son site Internet.

     Antoine a donc un nom, celui d'un Vietnamien né dans les années 70, en pleine guerre, et une adresse, celle d'un orphelinat. Le jeune homme débute ses recherches à Hô Chi Minh. Il n'a que quelques mois pour accomplir sa mission. Une mission qui le fera voyager et rencontrer toute sorte de personne.

Pour commencer, l'idée de cette histoire est excellente. Ensuite, son exploitation est réussie. Très vite, nous nous attachons à Antoine et nous suivons son enquête avec une certaine exaltation, comme une chasse aux trésors.

     En plus, pour ses recherches, il utilise sa théorie (en tout cas, moi je l'ai pris comme ça.) Il prend contact avec une amie du lycée qui le met en relation avec sa tante à Hô Chi Minh-ville. Ensemble, ils vont à l'orphelinat et rencontrent une personne qui les met en contact avec une autre personne qui les fait avancer. Et c'est comme ça tout du long, ce qui renforce le côté chasse aux trésors, et donne un exemple pratique de sa théorie et des réseaux.

     Autre idée géniale, Antoine fait la connaissance de Pauline, qui, elle aussi, prépare une thèse sur la science des réseaux. Son réseau à elle ? Les rumeurs et leur propagation. Or, une rumeur circule sur le projet d'Antoine, et cela peut avoir des conséquences qu'il ne semble pas mesurer.

Les maladies, les idées, les rumeurs, tout ça se propage avec une série de règles qui au final sont assez semblables. Nous, nous essayons de modéliser ces règles pour permettre soit de favoriser la propagation, comme pour vos idées idéologiques par exemple, soit pour l'endiguer, comme pour les maladies, les crises financières, les rumeurs." (page 139)

Vous l'aurez compris, je suis séduite par ce roman. Il fait du bien, il est agréable et frais et il nous offre une histoire à la fois originale et captivante. Les personnages sont attachants et il est presque impossible de reposer le roman une fois commencé. Et pour finir, l'idée de base est vraiment chouette et très bien exploitée dans l'ensemble du roman. Une autrice à suivre.

Marion (Retrouvez le livre sur le site de l'éditeur : La théorie des poignées de main.)

Publié dans Autres, Coups de coeur

Commenter cet article