Les yeux des ténèbres de Dean Koontz (2020) SP

Publié le par Marion L.

Les yeux des ténèbres de Dean Koontz (2020) SP

Le livre est déjà sorti dans les années 80 (1997, en France, je crois) et, suite à l'actualité, est réédité par les éditions de l'Archipel (merci à eux pour ce SP.) Il est donc vendu comme étant un livre prophétique du Covid-19 et de la situation actuelle. Je vous raconte ça. (Livre terminé le 14 avril, mais j'ai attendu la date officielle du 28 mai.)

     Christina Evans a perdu son fils, Danny, dans un accident de bus il y a un an lors d'un voyage scout. Tous les enfants et les deux accompagnateurs y sont morts. Après un an, elle commence à revivre un peu, malgré le deuil, malgré un divorce difficile. Grâce au travail et au spectacle grandiose qu'elle monte dans un casino à Vegas, lieu de cette histoire.

Mais des cauchemars ressurgissent et d'étranges phénomènes ont lieu dans la chambre de Danny. Comme si une présence voulait lui signaler que Danny n'était pas mort.

     Tina rencontre Eliott, un avocat, avec lequel elle serait prête à commencer une nouvelle histoire. La vie reprend.

A cause des cauchemars et de ces étranges phénomènes qui la poursuivent, elle décide de mener une enquête. Car soit quelqu'un la harcèle et elle veut découvrir qui, soit son deuil la perturbe et elle doit passer à autre chose. Eliott l'aide.

     Mais aucun des deux ne sait que cette recherche de prime abord innocente va les mettre dans le collimateur d'une organisation gouvernementale ultra secrète, prête à tout pour qu'ils n'en découvrent pas plus.

     J'ai découvert Dean Koontz avec ses derniers romans et j'ai trouvé intéressant d'en lire un ancien. Car j'ai constaté une légère différence dans l'écriture (ou est-ce la traduction ?) Chaque auteur à sa signature que l'on peut plus ou moins repérer. J'avais l'impression de lire un livre qui n'était pas de lui, une sensation que je n'aurai peut-être pas eue si je n'avais pas cru jusqu'à 20 pages de la fin que je ne lisais pas le bon livre. Je m'explique.

     Ce roman est annoncé comme prophétique sur le covid-19 (comme dit en intro) avec un virus qui viendrait des environs de Wuhan - le Wuhan-400 - et qui aurait les mêmes symptômes. Si seule la maison le déclamait cela aurait pu être un effet de pub, mais de nombreux lecteurs le revendiquent.

     Comme je m'attendais à ça et que j'ai découvert l'histoire (Tina, Danny et sa mort, l'enquête, les phénomènes surnaturels…) et que j'avais déjà eu un bug une fois avec la plateforme de service presse (la couverture d'un livre, sa page de titre mais un autre roman), j'ai cru à un nouveau bug… mais non. Le virus - je peux le dire puisqu'il est annoncé - en est la conclusion, pas le sujet (c'est de ma faute, je n'ai qu'à lire les résumés.)

     De mon côté, je ne fais pas la promotion du côté prophétique car il ne parle pas de virus qui se propage mais plutôt de recherches gouvernementales et d'une mère prête à tout pour son fils. Et de ce qu'un pays est prêt à faire pour rester dans les meilleurs et ne pas laisser d'autres pays le dépasser. Les seules similitudes sont : un virus (évoqué, pas le sujet), qui vient de Chine, près de Wuhan. Il ne se propage pas, n'a pas le même temps d'incubation, ni la même mortalité (il tue à 100%).

Avec tout ça, je n'ai même pas donné un avis sur ce roman. Mais comme je m'attendais à quelque chose, j'ai été orientée. Forcément, cela a eu un impact sur mon avis général.

     Si je passe outre, l'histoire met un peu de temps à se lancer, le temps de nous présenter les personnages et le contexte. Au début j'ai cru à une histoire de fantôme avec ces phénomènes : meubles qui bougent, des mots tracés à la craie, la radio qui s'allume seule, le froid glacial… ce qui justifiait cette mise en place pour que la tension arrive. Qu'on se rende compte que quelque chose ne va pas, qu'il y a des changements dans le quotidien et que Tina est une personne normale et saine d'esprit.

     Une fois qu'elle demande de l'aide à Eliott et que la chasse à l'homme commence, nous ne lâchons plus le livre. Si nous acceptons tout : le paranormal et l'organisation gouvernementale secrète ; nous souhaitons en savoir plus : que s'est-il passé ? Quelle est cette base militaire ? Comment expliquer les phénomènes ?...

Le jeu du chat et de la souris est prenant. Ne vous étonnez pas des moyens du gouvernement qui n'utilise pas la technologie pour les pister, nous sommes dans les années 80. Ce qui rajoute quelque chose car ça donne une chance à Tina et Eliott.

     A mon sens, oubliez cette histoire de virus. Sauf si le gouvernement américain a continué ses recherches, inventé une autre souche et l'a envoyé en Chine, à Wuhan, pour le tester… et que ce roman en serait - donc - la genèse. Le pouvoir de l'imagination.

Marion (Source image : les éditions de L'archipel. Retrouvez le livre sur leur site : Les yeux des Ténèbres)

Publié dans Policier-thriller

Commenter cet article

M
En lisant ton résumé je sais que je l'ai lu mais cela devait être dans les années 90, époque où je lisais beaucoup l'auteur ! Je ne m'en rappelle plus vraiment et je devrais le relire à l'occasion...Merci pour ta présentation
Répondre
M
Il date des années 90 en France et a été réédité en 2020 par les éditions de l'Archipel. Comme tu lisais cet auteur à une époque, tu l'as sans doute déjà lu, en effet ^^.