Histoire de ma vie de George Sand (2004)

Publié le par Marion L.

Histoire de ma vie de George Sand (2004)

Pas vraiment une autobiographie, elle ne respecte pas les dates ni l'ordre chronologique. Elle comptait écrire ses mémoires en 1835-36, mais ne le fera que bien plus tard pour les finir en 1855. Ce tome en est un extrait.

     Ce texte précis se concentre sur George Sand et sur elle uniquement. Et non sur les passages qui détaillent tous ses ancêtres, ni les personnes qui ont croisé sa doute et auxquelles elle a dédié un texte entier. Pas grand chose non plus sur ses écrits, juste sa vie.

     La vie de cette petite Aurore née de l'amour mais en pleine dispute familiale. Son père ayant décidé d'épouser sa mère après l'annonce de sa grossesse, alors que la grand-mère ne le souhaitait pas.

Son enfance est déchirée entre l'affection de ces deux femmes qui ne s'aiment pas, même après la perte de cet homme qui les unifiait malgré elles.

     De cette fille envoyée au couvent pour son éducation afin de la punir mais qui ne le prit pas comme tel. Au contraire, elle faillit embrasser la carrière de religieuse. Heureusement, personne ne profita de cette jeune âme pour la convertir et la pousser en ce sens, au contraire.

     J'aurais aimé qu'elle parle de ses écrits, de son travail, mais non. Elle s'attarde beaucoup sur sa jeunesse, qui doit faire beaucoup plus que la moitié du livre, les 3/4 peut-être. Et puis ensuite, elle évoque les rencontres, les personnes qu'elle admirait dans son entourage. Elle n'évoque pas ses amours avec Musset, Chopin… et met l'accent sur l'amitié.

      Au début du livre, Jérôme et Jean Tharaud parlent de ce fait. Pour eux, cela démontre son éducation "c'est sans doute qu'elle ne se trouvait pas gênée lorsqu'elle parlait de ses amis, par des scrupules féminins qui la glaçaient lorsqu'elle parlait de ses amants […] il y  a des choses qui ne regardent que vous et dont il est malséant de faire état devant autrui".

     Pour eux, il vaut mieux lire celui-ci que ses œuvres froides où elle expose "ses théories humanitaires et sociales", car ici elle est sincère et juste et montre bien mieux le passage de la philosophie du XVIIIe à celle du XIXe siècle. Je laisse ce genre de débat aux spécialistes ou à ceux qui désirent pousser le sujet plus loin.

     Pour ma part, j'avoue n'avoir jamais lu de George Sand avant aujourd'hui. J'étais curieuse malgré tout de la découvrir. Et bien, c'était avec joie. Elle nous raconte des événements purement quotidiens, pas d'œuvre de fiction, elle raconte sa vie sans chercher à romancer. Et pourtant, nous la suivons comme un roman, sans s'ennuyer, en découvrant.

     Je ne m'attendais pas à ce style, à la fois littéraire, bien tourné mais aussi très accessible. Il faudrait voir ses romans, mais si c'est la même chose, elle serait à faire découvrir à notre jeune génération.

Résumons par : il s'agit de sa vie, d'une peinture de son époque et de ses relations, dans un style très agréable et vraiment abordable. Alors si vous êtes intéressés, laissez-vous tenter.

Marion (Source image : librairie Durance.)

Publié dans Documentaire

Commenter cet article