Animale 2 : la prophétie de la reine des neiges de Victor Dixen (2015)

Publié le par Marion L.

Animale 2 : la prophétie de la reine des neiges de Victor Dixen (2015)

Avec ce confinement, j'en profite pour continuer toutes ces séries que j'ai entamées et que je n'ai jamais eu le temps de finir (certaines datent…) Ici il s'agit de la suite tant attendue d'Animale : la malédiction de Boucle d'or. J'avais beaucoup aimé ce premier qui réadaptait le conte de "Boucle d'Or et des trois ours". Cette histoire se transformait en malédiction d'un peuple homme-ours et d'une jeune fille, Blonde, qui découvrait son héritage. Dans le premier, Victor Dixen questionnait beaucoup et notamment : entre l'homme et l'animal, qui est le plus bestiale ?

     Dans ce tome 2 nous retrouvons avec plaisir Blonde et Gaspard sur leur île, celle du peuple de le jeune fille. Mais le bonheur est de courte durée quand un navire accoste. A son bord, des hommes à la solde d'une mystérieuse Reine des neiges, et des Berserkers, comme Blonde, devenus esclave.

La confrontation fera connaître Gaspard à la Reine des neiges.

     Les jeunes amants fuient pour Copenhague et y rencontrent un certain Hans Christian Andersen. Une amitié profonde se construit. Une amitié qui sera très utile le jour où Gaspard disparait, sûrement kidnappé par la Reine des neiges. Blonde est prête à tout pour le sauver, de Copenhague à Paris, en passant par les landes du bout du monde, avec l'aide de Hans et d'autres protagonistes.

     Une nouvelle réussite pour Victor Dixen avec ce second tome qui semble clore le dyptique. Il continue à réadapter des contes en les mêlant entre eux, ici : Boucle d'Or et les trois ours (le fil conducteur) et la Reine des neiges. En y incorporant d'autres inspirations comme la marchande aux allumettes, ou encore des légendes et croyances très anciennes. Car elles sont comme les contes, elles nous apprennent, nous mettent en garde et nous alertent sur des dangers bien réels.

"- […] Vous portez en vous tant d'histoires - une princesse s'endormant sur un petit pois, une marchande d'allumettes errant dans les rues d'une ville enneigée, une jeune femme lancée à la poursuite de son amant ravi par la Reine des neiges… M'autoriseriez-vous à les raconter un jour, si j'en trouve le talent ?
[…] - Vous n'avez aucune autorisation à me demander, Hans [Christian Andersen]." (page 232 sur liseuse)

     Le concept d'imaginer que les histoires de Hans Christian Andersen sont inspirées de faits réels est excellent. Surtout que les contes sont là pour raconter et transmettre aux enfants un message sur des dangers réels.

     Il le fait tout en laissant une nuance sur la véracité des propos car seule Blonde (ou presque) est confrontée aux surnaturels. Et Hans, qui voit le pouvoir néfaste de la Reine des neiges à travers les miroirs. Mais il est le seul à le voir, même quand - lors des manifestations - il y a d'autres témoins.

     Il m'a fallu quelques pages pour me remettre dans cet univers. Mais une fois fait, une fois que l'histoire est lancée, il devient difficile de s'arrêter. Car l'auteur sait raconter et Blonde est toujours confrontée à quelque chose, comme un roman initiatique.

En fait, il réadapte des contes, tout en gardant une forme de conte dans son roman.

     Je ne vais pas entrer dans les détails comme j'avais pu le faire pour le tome 1. Juste préciser que - comme dans tous ses romans - Victor Dixen aborde des sujets et interroge son lecteur.

     Dans celui-ci il y a plusieurs choses, dont la confrontation homme/animal, le besoin qu'ont les hommes d'assujettir les autres et notamment ce qui fait peur. Au point de se montrer plus violent et beaucoup plus cruel que celui qu'il qualifie de monstres. Un peu comme le premier. Mais ici s'ajoute aussi la condition de la femme, assujettie comme les Berserkers aux hommes.

"De l'alcôve d'une maison close à la cellule d'une prison, de la réclusion du couvent au sacrifice d'un mariage arrangé, ce monde ne manquait pas de cages où les hommes enfermaient les femmes." (page 149 sur liseuse)

Le tout dans une histoire captivante et palpitante aux côtés de Blonde, prête à tout pour sauver l'homme qu'elle aime (comme quoi les hommes aussi peuvent être sauvés.) Une sorte de Madone chevalière. Dans une ambiance conte qui rajoute un charme indéniable à toute cette histoire qui nous entraine pour notre plus grand plaisir. Et comme Hans qui reçoit l'histoire sous forme de lettres de Blonde, nous attendons les lettres avec impatience.

Marion (Source image : la librairie Durance.)

Commenter cet article

M
C'est super que tu arrives à poursuivre la lecture de tes séries préférées. A présent j'aime bien ne pas trop attendre avant de lire les différents tomes d'une série, j'ai remarqué que sinon je passe à autre chose et j'en ai moins envie ! Merci de nous parler de celle-ci. Bon week-end
Répondre
M
J'aime bien ne pas trop attendre non plus. Ce sont des séries pour lesquelles je n'avais pas la suite quand je les ai entamées et… j'ai eu la suite très tard avec d'autres lectures plus urgentes. Et l'idée de m'y replonger alors que je n'étais plus dans l'univers et qu'il y avait un risque que je ne sache plus qui était qui et qui avait fait quoi et pourquoi… m'a fait hésiter. Là je me lance, c'est l'occasion. Et comme je suis frileuse à les continuer, j'ai tout mis dans un book-jar que mon chéri pioche. Comme ça, le hasard choisit à ma place. Très bonne semaine.