Porteur de lumière 2 : l'évangile de Bastaleck de Sarah Kammermann et Loïc Paris (2019) SP

Publié le par Marion L.

Porteur de lumière 2 : l'évangile de Bastaleck de Sarah Kammermann et Loïc Paris (2019) SP

Un grand merci à Sarah pour me faire de nouveau confiance avec ce tome 2. Je gardais un bon souvenir du premier tome (que vous pouvez retrouver : Danseur de guerre 1). Et c'est avec plaisir que je découvre ce second tome.

      Bastaleck a réussi à fermer les portes du Paradis et de l'Enfer grâce au sacrifice de deux personnes qui lui sont chères. Mais rien n'est fini et l'apocalypse est encore en marche.

     Pour sauver l'humanité, le Faucheur doit retourner au combat. Cette fois, il devra retourner en Enfer, croiser le Porteur de lumière et enchainer le Satan. Une quête difficile qu'il entreprend avec ses amis.

     En chemin, il croisera la route d'anciennes âmes fauchées et de célèbres personnages historiques. C'est tout le charme de cette histoire : les références historiques, culturelles et religieuses (toutes les religions.)

     Car Bastaleck passera les cercles de l'enfer évoqué par Dante, rencontrera d'anciennes divinités qui ont leur passif mythologique et des personnages comme la comtesse Báthory, Gilgamesh, Gilles de Rais...

     Chaque référence rencontrée s'intègre bien à l'histoire et apporte quelque chose. J'ai passé un bon moment à les repérer. Peut-être qu'un lecteur qui n'a pas cette culture mythologique et folklorique pourrait moins apprécier, ne pouvant voir les clins d'œil. Mais peut quand même lire l'histoire et passer un bon moment. Car il y a tout le reste comme l'intrigue et les personnages.

     Notamment avec cette quête afin d'empêcher l'apocalypse. Cette visite guidée de l'enfer entre le cercle de l'avarice, de la luxure ou de la colère. La découverte des différents démons. Le tout dans une ambiance assez festive. Il y a une note de désinvolture, de légèreté qui fonctionne très bien car elle contrebalance l'objectif de la quête qui est grave (l'apocalypse quand même !)

     Un voyage initiatique pour l'ensemble des personnages. Et quels personnages ! Avec Zazie, une succube qui zézaie et qui a lancé la mode des talons aiguilles ; Aphrodite la belle qui découvre l'enfer ; Jojo, un démon de l'avarice qui les suit et accepte de leur donner son or (ce qui n'est pas rien) ; Lucifer qui offre la Rédemption à ces âmes impies, surtout les succubes, à l'aide de sa Bible et d'un autre organe… Seul Bastaleck garde sa dimension sérieuse et posée. En comparaison des autres il peut faire austère mais ce mélange fonctionne très bien. Et tous les personnages en deviennent attachants.

      Parfois nous oublions peut-être la gravité de la situation, mais est-ce important ?

     J'ai lu le premier il y a un moment mais je pense préférer ce second. J'ai pris tellement de plaisir à découvrir les personnages rencontrés (Inanna Ishtar, Gilgamesh, Báthory…) moi qui suis amatrice de mythologie et de folklore, j'ai été gâtée (surtout que j'ai une légère préférence pour la mythologie sumérienne.)

      Un vrai plaisir. Je serai heureuse de continuer avec eux pour en découvrir plus. Si vous êtes comme moi, amateurs de "croyances culturelles" (j'y intègre la mythologie, le folklore, la littérature avec l'enfer de Dante…) vous ne serez pas déçus. Pire, vous en redemanderez.

Dans une ambiance quête initiatique comme on partirait cueillir des champignons avec des copains (en enfer quand même, il y a des conséquences et tout n'est pas rose, facile et sain.)

Marion (Source image : la librairie Durance)

Commenter cet article