La vraie vie d'Adeline Dieudonné (2018)

Publié le par Marion L.

La vraie vie d'Adeline Dieudonné (2018)

La neuvième case s'ouvre… sur une petite fille qui aimerait sauver son frère.

     La narratrice est une petite fille. Elle vit dans un lotissement aux maisons identiques, grises et moches, avec son père, sa mère et son petit frère Gilles.

     Le père est un alcoolique violent et amateur de chasse. Il en garde des cadavres qu'il stocke dans une pièce, notamment une hyène qui effraie la petite fille. Et quand il ne tue pas, il frappe sa femme et effraie ses enfants.

     La mère est effacée et décrite comme une amibe par sa fille. Elle s'écrase devant son mari. Les seules choses qui semblent compter pour elle sont ses chèvres. Les deux enfants grandissent dans un univers dénué d'amour, régi par la peur et la violence.

     Heureusement il y a Gilles et son rire qui guérit tout. Les deux enfants sont très proches. Elle se comporte en mère avec lui. Ils ont trouvé leur équilibre… Jusqu'à l'accident qui retire son rire à Gilles.

     Sa sœur fera tout pour que ce sourire revienne. Avec l'idée de remonter le temps et revenir à cet instant qui a tout changé.

Un livre très fort, concentré car assez court. Le point de vue de cette narratrice enfant y fait beaucoup. Elle ne comprend pas tout, elle regarde avec ses yeux d'enfant, elle sent -malgré tout - que quelque chose ne va pas.

     Pour elle c'est la hyène, c'est une essence noire qui prend possession des êtres, qui les pervertit. Elle sait au fond d'elle que quelque chose s'est produit avec Gilles, et elle nous en donne sa version.

     Son amour pour son frère est beau et touchant. C'est pour lui qu'elle se bat, qu'elle affronte, qu'elle se construit. Et contrairement à sa mère, elle ne veut pas être une victime, elle est habitée par une bête, là, dans son ventre.

     Il ne parlera pas de la même manière à tous les lecteurs, chacun ayant sa propre sensibilité. Mais il faut reconnaître qu'il est puissant. Ce que vit cette gamine est monstrueux, un cauchemar. Et comme le monde extérieur ne l'aidera pas (aussi par choix de sa part), elle deviendra plus forte et se battra.

     Sa vie la forcera à mûrir plus vite mais le charme vient du fait qu'elle reste malgré tout une enfant, avec ses failles. Ce n'est pas un adulte dans un corps d'enfant, c'est une enfant qui tente de ressembler à une adulte. La scène la plus marquante de cet état de fait est sa première relation sexuelle. Elle est vécue comme une femme, mais il nous est impossible d'oublier qu'elle est une enfant.

     Son personnage m'a fait penser à Turtle (de "My absolute darling") même si elles ne se ressemblent pas et ne vivent pas la même chose. Peut-être le père nocif et violent, une petite fille, une jeune femme en devenir qui se construit malgré un environnement familial corrompu, pour devenir une femme forte.

Je l'ai lu d'une traite, en une soirée, après le travail. Un roman qui vous marquera que vous aimiez ou non.

Marion

Publié dans Autres

Commenter cet article