Helena de Jérémy Fel (2018)

Publié le par Marion L.

Helena de Jérémy Fel (2018)

La douzième case s'ouvre… sur des destins bouleversés par une rencontre. Un thriller palpitant et intense. Une mère prête à tout.

     Hayley est une jeune fille de 17 ans qui a perdu sa mère dans un accident. Cet été là, elle prend seule la voiture pour participer à un tournoi de golf, en hommage à sa mère disparue.

      Tommy a 17 ans et déjà un lourd passé. Un monstre le surveille et cherche à l'attraper. Il vit dans une peur constante. Pour y échapper, il traque des animaux et les tue.

       Norma est une mère de famille composée de trois enfants. Banale à première vue, elle a perdu son mari depuis plusieurs années et fait au mieux pour ses enfants. Elle ne veut que leur bien et pousse Cindy, la dernière, à choisir un avenir glorieux, en débutant par le concours des minis miss.

       Graham est en couple et heureux. Il rêve de quitter son trou paumé pour New-York.

Il va se passer quelque chose qui va les changer pour toujours. Une série de mauvais choix qui entraine une série de choix tout aussi mauvais.

     Il n'y a pas de méchants ou de gentils, ni de simples innocents à l'exception d'un seul personnage. C'est l'une des forces de ce livre. Car tous les personnages ont une bonne raison d'agir comme ils le font, mais aucun n'est excusable.

Ils sont empêtrés dans un cycle infernal qui ne peut plus se terminer.

      Il y a plusieurs rythmes dans ce livre qui le rendent intéressant. Tout débute tranquillement pour la mise en place des personnages. Nous apprenons à les connaître et découvrir leur personnalité :

       Hayley et son côté têtu, nous sentons une jeune femme téméraire qui n'a pas peur d'avancer, de prendre des décisions et de se mouiller, avec -en même temps - une certaine fragilité, notamment affective ;

      Norma est une mère lambda que l'ont sent fragilisée par quelque chose, elle agit pour le bien de ses enfants, à leur place, même quand d'extérieur nous pouvons avoir des doutes sur le bien fondé de ses actes. Pour elle, elle fait au mieux et elle n'a pas complètement tort ;

       Tommy est un psychopathe en puissance. Jamais les choses ne sont dites clairement, mais nous devinons ce qu'il a traversé. Ses démons intérieurs sont justifiables. Mais il tourne mal et nous savons tous que les animaux sont les premières victimes. Il est comme une bombe à retardement entre le psychopathe dangereux et le gamin prisonnier de son cauchemar.

Ils sont tous victimes, ils sont tous bourreaux. Aucun n'est excusable mais tout est plus ou moins justifié.

        Je parlais de rythme. Après cette mise en place qui prend son temps, il y a l'élément perturbateur qui accélère le mouvement. Il est intense et violent. J'avoue avoir fait de temps en temps des petites pauses car ce moment est vraiment très chargé.

       Puis l'orage semble passer et le rythme redevient calme avec parfois quelques accélérations. Comme un orage qui gronde et qui menace.

       Il y a en plus une forte présence de l'onirisme. Souvent, la réalité se trouble et se mélange avec des hallucinations ou des rêves. Les frontières entre ce qui est réel et ce qui ne l'est pas sont parfois floues. Cela vient des personnages mais nous affecte. A travers eux ce sont nos frontières qui vacillent, ce qui donne l'impression, à la lecture, d'être enfermé dans un cauchemar. Mes pauses devaient être mes phases de réveil.

"Autant hurler sa joie dans une pièce vide." (page 635)

     Tout est fait pour le rendre intense. Un sublime thriller psychologique. Je l'ai adoré alors même que parfois je me demandais pourquoi je m'imposais cette violence. Il fonctionne parce qu'il va plus loin, il s'intéresse à la psychologie des personnages et j'adore les livres dont l'histoire est les personnages. Avec cette question : que sommes-nous capables de faire ou de supporter pour un proche ? Jusqu'où une mère peut-elle aller pour son enfant ?

       Plusieurs décisions sont prises dans l'instant, sans acte réellement conscient. Elles sont libres de toute morale, brutes (pas dans le sens violentes mais "naturelles"). Un engrenage infernal… addictif.

Peut-être une seule note négative pour moi… la fin. Si jamais vous l'avez lu, n'hésitez pas à m'envoyer un mail pour me l'expliquer. Mais sinon, coup de cœur !

Marion

Commenter cet article