L'italienne qui ne voulait pas fêter Noël de Jérémie Lefebvre (2019) SP

Publié le par Marion L.

L'italienne qui ne voulait pas fêter Noël de Jérémie Lefebvre (2019) SP

Merci à Babelio pour cette proposition de lecture et aux éditions Buchet Chastel.

     Francesca est une jeune italienne en Erasmus à Paris. Elle étudie la littérature à la Sorbonne.

     Un soir, elle discute avec un professeur, Sergeï, et son compagnon. La jeune femme n'est pas du même avis que Sergeï sur la question de l'appartenance. Pour rire, il lui propose de prouver ses dires en ne fêtant pas Noël avec sa famille. Pire, les rejoindre à Palerme, mais passer du 24 au soir jusqu'au 26 matin sur Skype avec lui, dans un endroit "lugubre".

Si elle n'avait pas couché avec lui, si elle n'avait pas sa personnalité, elle n'aurait pas accepté.

     Mais elle le fait et la voilà en Italie à vivre avec sa famille qui ne comprend pas son choix et fera tout pour la faire changer d'avis.

"Les histoires horribles commencent toujours dans la perfection" page 7

     Littérature de l'absurde ? Que ce soit le postulat de départ, l'intrigue, les relations entre les personnages et le style. Comme si nous étions dans la tête de Francesca. Les phrases sont donc longues et constituées de plusieurs subordonnées. Comme nos pensées, nous finissons à peine une phrase qu'une autre idée jaillit. Un style qui peut perturber mais qui rend le livre plus vivant.

     C'est une forme que j'aime bien en général (le côté absurde), et à laquelle je peux ne pas accrocher. J'en ai adoré certain, et beaucoup moins d'autres. Il fait parti de ceux qui ne m'ont pas complètement plu.

     Le début est très prometteur. J'aimais son humour, sa façon de penser et j'avais envie de récupérer des citations à chaque phrase. Car un regard sur notre société (notamment italienne) percutant, ironique comme j'aime...

Et puis, elle arrive en Italie et se trouve confrontée à son idée, face à sa famille, et cela devient difficile de comprendre son positionnement.

      Même si le but ne semble pas de proposer un comportement cohérent. Ce n'est pas une mauvaise chose, juste que ce n'était peut-être pas ce que je recherchais.

     Car j'ai beaucoup aimé sa maîtrise de la langue. Les phrases sont longues mais fluides. Ce qui peut bloquer la lecture sont les termes techniques et les notions développées, pas l'écriture.

     Le texte est à l'image de l'héroïne : extravagant, drôle, décalé et un brin loufoque. De quoi en faire un texte rafraîchissant à sa manière (d'ailleurs beaucoup ont adoré sur Babelio. Comme quoi, chaque lecteur est différent.)

     Je le vends mal car j'étais fatiguée et ses élucubrations à certains moments m'ont fait sortir de l'histoire. Mais sinon, le style est sympathique et les personnages vraiment chouettes. En plus, il offre un regard sur une société, des hommes politiques, le racisme actuel sur l'immigration...

Impossible de s'ennuyer avec cette famille italienne. Chacun a son petit quelque chose et rattrape les potentiels défauts de Francesca. Un livre qui sera bientôt de saison et qui vous fera voir Noël autrement.

Marion (retrouvez le livre sur le site éditeur : L'italienne qui ne voulait pas fêter noël)

Publié dans Autres

Commenter cet article