Les passagères du 221 de Cathérine Béchaux (2017)

Publié le par Marion L.

Les passagères du 221 de Cathérine Béchaux (2017)

La septième case s'ouvre… sur un groupe de femme dans un bus.

     Autre lecture pour le travail (pour préparer une sélection d'un prix littéraire… d'ailleurs il a gagné.) Il dure le temps d'un trajet de bus, environ une heure. Nous sommes avec Fatou, Maryse, Mireille et les autres. Elles sont les passagères du bus 221. Un bus qui dessert la prison. Elles sont incognitos dans ce bus mais vont au même endroit avec leur sac de vêtements.

     Durant ce trajet, la porte s'ouvre sur elles et sur l'épreuve qu'elles vivent. Un proche, un homme, est en prison. Un copain, un fils, un petit-fils, un mari… et elles prennent ce bus, quoi qu'il arrive, pour les voir.

Catherine Béchaux leur donne une voix, celle qu'elles n'ont pas, celle qui ne s'entend pas.

     Comment sont-ils arrivés dans cette situation ? "Ils" parce que l'homme est en prison pour ses méfaits mais les femmes sont elles aussi punies et enfermées hors de ces murs.

     Des fragments de vie. Ce serait comme imaginer la vie de quelqu'un que l'on croise par hasard dans la rue, le temps de ce croisement.

     A chaque chapitre la voix d'une femme qui raconte, avec ses mots, ce qu'elle endure, ce qui s'est passé. Et l'attachement malgré les faits, malgré la sentence prononcée par un juge.

A travers ces femmes c'est aussi le milieu carcéral qui est décrit, la surpopulation, les codes, la laideur… Agneau qui a mal tourné, ils en ressortent loup enragé.

     Elle sait de quoi elle parle puisqu'elle est bénévole à l'Accueil des familles de détenus du centre pénitentiaire de Fresnes. Alors ces femmes et leur histoire, elle les connaît, elle les côtoie. D'où une envie, sans doute, de leur donner une voix.

     Ce livre a quelque chose, c'est indéniable. Court, percutant, il est parfait pour la lecture à voix haute. Il donne envie d'aller plus loin, d'en savoir plus. Je veux savoir si Marie-Jo verra son homme et comment cette visite va se dérouler. Si Mireille arrivera à redonner le sourire à David. Si Naïma et Mohammed recréeront un lien avec Jamel. Si Maryse peut de nouveau faire confiance à Dylan.

En une centaine de pages elle nous a rendu ces femmes sympathiques et intéressantes.

     Et Paul ? Le seul homme - ou presque - dans tout ça ? Et lui ? Le seul qui voit ces femmes. Le chauffeur qui conduit ce fameux bus 221. Son regard va-t-il changer ?

Un livre très intéressant de par le sujet, original de par la manière de l'aborder, et touchant de par ses personnages.

Marion 

Publié dans Autres

Commenter cet article