La déclaration 1 l'histoire d'Anna de Gemma Malley (2007)

Publié le par Marion L.

La déclaration 1 l'histoire d'Anna de Gemma Malley (2007)

La quatrième case s'ouvre… sur une dystopie qui imagine le monde si le secret de l'immortalité était trouvé… comment gérer une population qui ne peut plus mourir.

     Nous sommes dans un monde futuriste. Un traitement, la Longévité, permet aux gens de devenir immortels. En contrepartie, ils doivent signer la déclaration qui leur interdit d'avoir un enfant. Car les ressources sont de plus en plus limitées.

      Ceux qui ne suivent pas cette loi vont en prison et les enfants deviennent des Surplus. Dans certains pays ils sont tués. En Grande-Bretagne ils intègrent des Foyers où on leur apprend à devenir de bons éléments, des domestiques. Les Surplus sont utilisés pour faire les travaux que personne d'autre ne veut.

     Anna est un Surplus au Foyer depuis 13 ans. A force de punitions sévères, de coups et de privation elle a appris à devenir un futur bon élément, à se sentir de trop dans ce monde, à détester ses parents et à s'en vouloir d'être née. Grange Hall, là où elle a grandi, est dirigé par une femme odieuse et violente. Anna n'aspire qu'à devenir un bon élément est racheter la faute de ses parents.

     L'arrivée d'un nouveau Surplus va changer la donne. Peter a 15 ans (rare, normalement les enfants sont trouvés beaucoup plus tôt). Il est là pour ramener Anna à ses parents. Il tentera de changer sa manière de penser, ce qui est difficile après plusieurs années d'endoctrinement. Car un mouvement rebelle est mis en place. Des gens sont persuadés que la jeunesse est l'avenir et que ceux qui ne méritent plus de fouler cette planète sont ceux qui font tout pour ne pas mourir. Ce n'est pas naturel.

     Nous sommes donc plongés dans l'environnement affreux de Grange Hall (surtout quand on sait qu'il ont tous moins de 16 ans). A travers le personnage d'Anna nous découvrons ce nouveau monde et à travers celui de Peter, le ridicule, la monstruosité de ce fonctionnement. Les autres personnages sont aussi très importants, notamment celui de Mrs Pincent, la directrice. Ils ont tous une histoire personnelle qui enrichit l'histoire.

Nous sentons que le premier tome est là pour placer l'histoire et le contexte. Et il y a tellement de détails qu'on ne s'ennuie pas.

     Anna est intéressante, loin de personnages que l'on voit habituellement dans les dystopies. Elle est forte à sa manière, mais élevée pour être soumise, ne pas penser, se faire oublier et obéir. Elle n'est pas rebelle et affirmée comme d'autres héroïnes. Mais très courageuse quand même, elle doit lutter contre 13 ans d'éducation, et cela n'a rien de facile.

     Le sujet traité est très intéressant lui aussi. Un monde où la mort n'existe plus, ni les maladies, ni la délinquance… un monde utopique ? Pas pour tout le monde. L'accent est mis sur l'aspect "non naturel" car les choses doivent mourir pour que d'autres les remplacent. Ce n'est pas le cas ici.

A suivre avec les deux prochains tomes…

Marion (Librairie Durance)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article