Histoire d'une prostituée de Clara Dupont-Monod (2003)

Publié le par Marion L.

Histoire d'une prostituée de Clara Dupont-Monod (2003)

L'auteure voulait écrire l'histoire d'une jeune femme d'Europe de l'est qui, attirée par un avenir radieux, se retrouve prostituée sur les boulevards de Paris. Une seule accepte de témoigner, Iliana.

      Pendant un an, Clara Dupont-Monod suit cette jeune bulgare de 21 ans. Dans son quotidien et la rude vérité de sa vie. Sans que ce soit complètement un récit de vie. Je le range pourtant dans cette catégorie sur le blog.

     L'auteure donne son opinion et insère des épisodes de la vie d'Iliana ou évoque leur rencontre, les réactions de la jeune femme et ce qu'elle ose lui confier.

     Comme l'auteure, nous apprenons la vie d'Iliana par à-coups. L'auteure elle-même ressent à la fois de la pitié, l'envie de l'aider et une forme d'attachement (très sommaire) mais aussi une sorte de répulsion car après cette vie et ce métier, elle ne pense plus comme vous, comme Clara Dupont-Monod.

     A la toute fin, l'auteure fait une sorte de synthèse de tout ça que je trouve assez pertinente. Je vous la partage donc :

"La sécurité n'existe pas. Il faut frapper avant de se faire frapper. Seuls les gens autoritaires sont forts. Un homme se craint. Il ne faut pas se réjouir des choses, car la perte du bonheur est plus douloureuse que le malheur constant. Ne jamais baisser la garde. L'amour se paye. Le sexe est sans plaisir. Mon corps appartient aux autres. Je me déclare objet, pour oublier que je suis un sujet abîmé. Je voudrais qu'on m'aime, à condition de m'aimer, comme une prostituée, mais non comme une femme, qu'on m'aime pour mon rôle et non pour moi-même, tant j'ai peur de décevoir. Tant j'ai peur de me découvrir amputée, nulle et indigne. Je suis fatiguée. Je voudrais qu'on m'aime sans mémoire, en m'acceptant poisseuse d'un passé qui me pèse mais qui me définit. Je voudrais qu'on m'aime en veillant surtout à ne rien m'offrir, je rends si mal. Je voudrais qu'on m'aime, je voudrais, "je peux coucher avec n'importe qui, mais je ne supporte pas qu'on me touche"[Iliana]."

     Une femme qui ne connaît que la violence. Si un homme est trop gentil, elle se méfie. Pour elle tout homme est un client, un homme qui ne la voit que comme un corps avec lequel coucher. Du coup, elle ne leur fait pas confiance. Par contre, un homme autoritaire, ça la rassure, c'est donc ce qu'elle recherche.

     Un témoignage qui montre aussi - et elle ne se prive pas de critiquer - le problème législatif qui entoure cette "profession" (pour elle c'est un métier, son corps ? un outil de travail, ce n'est pas elle). Rien ne leur permet de s'en sortir, même si elles témoignent et aident à démanteler un réseau. Peut-être des avancées depuis ?

     Une histoire bien écrite qui ne vous laissera pas indifférent. Je vous laisse regarder les retours de Babelio, ils sont criant de vérité.

Un témoignage que l'on peut deviner, malheureusement...

Marion (Source image : Babelio)

Publié dans Récits de vie

Commenter cet article