Les amants de la lumière 1 : le bûcher des maudits de Bertrand Borie

Publié le par Marion L.

Les amants de la lumière 1 : le bûcher des maudits de Bertrand Borie

Un grand merci à Evidence Editions (et Jennifer au passage), partenaire du blog pour ce SP.

     Par envie de pouvoir, il entre dans le feu d'un dieu bon et lui retire tout pouvoir. Lui devient un demi-dieu et voue sa vie à servir Thanatos, un dieu obscur. Sous son joug, une nouvelle ère d'obscurantisme sévit.

     Quelques zones sont épargnées par les Nuées et voient la lumière du jour. Ils se sont attirés la jalousie des autres, les Renégats. Et vivent en sécurité derrière une muraille.

     C'est dans l'un de ces royaumes que nait Farkhar. Qui connait un destin particulier et survit à quelques périples. Jusqu'à ce qu'il rencontre Gwenaline. Un regard suffit pour s'aimer. Mais c'est sans compter sur la présence d'un mage maléfique qui fera tout pour provoquer une guerre entre deux royaumes voisins.

Et si Farkhar était la solution ?

     Ce qui m'avait donné envie de le lire était la référence aux légendes arthuriennes. Ce qui fait que je ne m'attendais pas à cette histoire. Nous avons l'élu des dieux, du destin ; l'histoire d'amour ; le rival amoureux ; les compagnons de route qui aident l'élu ; des mages dont un sage et un méchant ; la chevalerie ; le jeune roi sans royaume… ce qui peut rappeler aussi la base de l'héroïc-fantasy.

     Il a reçu un prix, et il trouvera à coup sûr son public. J'avoue être passée à côté, ne pas avoir accroché avec l'écriture. Parce que l'histoire est sympathique et les événements pourraient me donner envie de lire le deux puisqu'il s'agit d'une trilogie.

     Dans l'écriture il y a un côté très littéraire, avec quelques mots de vocabulaire recherchés (j'ai appris que fantasme s'écrivait aussi phantasme), beaucoup de métaphores. Il m'a rappelé - un peu - ce qu'on retrouvait chez Edward Bulwer-Lytton dans "les derniers jours de Pompéi". J'aime les belles lettres mais je ne suis pas séduite par ce style (je m'en excuse auprès de l'auteur, cela ne retire en rien la qualité).

      En plus, je sais que si un livre est lu par saccades et me prends plusieurs jours, je loupe quelque chose, je n'entre pas dans l'univers de l'auteur ou dans l'histoire. C'est le cas ici après 5 jours (le soir je faisais des perles tissées…) Peut-être essaierai-je le deux pour me faire un autre avis.

Parce que ce premier prend le temps de nous dresser le décor et nous présenter les personnages. Et même s'il se passe plusieurs choses, nous avons l'impression - à la fin - que les choses sérieuses commencent !

Marion (Source image : les éditions Evidence éditions. Retrouvez le livre sur leur site : Les amants de la lumière)

Commenter cet article