L'amour au temps des dinosaures de John Kessel (2001)

Publié le par Marion L.

L'amour au temps des dinosaures de John Kessel (2001)

Entre amour, voyage dans le temps et instant historique fort.

     Owen Vannice, fils d'une des plus grosses fortunes, tente une expérience avec Wilma, un dinosaure prélevé du Crétacé. Il veut la ramener chez lui en 2062. Sa route croise celle du père et la fille Faison, des arnaqueurs, à Jérusalem au 40 CE (Ier Siècle), la nouvelle valeur pour compter le temps. Car dans ce monde le voyage temporel est même devenu l'attraction préférée des touristes.

     Or dans cette Jérusalem contrôlée par les gens du futur, Simon le Zélote (un apôtre si Jésus n'avait pas été kidnappé par des gens du futur), un historique (ceux qui sont originaires de l'espace temps), est au cœur d'une rébellion. Lui et ses amis veulent se débarrasser de ces gens du futur pour retrouver leur Jérusalem sans la musique moderne, les tenues dépravées et les autres composantes du futur.

     Il existe donc un passé contrôlé par les gens du futur où ces derniers côtoient les historiques et un passé véritable qu'il ne faut absolument pas changer. Un tourisme de masse s'y pratique aussi pour ceux qui souhaitent assister à des événements historiques réels comme la mort de Jules César ou la crucifixion de Jésus.

      Gene et son père désirent voler Wilma pour la revendre et gagner beaucoup d'argent. Surtout qu'Owen, qui parle tout seul (il a un logiciel dans la tête qui doit le protéger et qui lui parle) est balourd. Une panne de la machine l'a obligé à rester à Jérusalem. Gene le séduit pour mieux le pigeonner, or cela se retourne contre elle. Un quiproquo tout le long du livre (en quelque sorte) les rapproche et les éloigne en même temps.

     Nous suivons donc cette histoire d'amour (qui, contrairement au titre, ne se passe pas au temps des dinosaures, mais autour d'un dinosaure), les voyages temporels (aussi courant que n'importe quel transport actuel), la moralité suite à la rébellion (est-ce correct de profiter ainsi du passé ?), Simon (rébellion, procès, vie familiale…)

De quoi tenir en haleine tout au long du livre, entre la première partie à Jérusalem, la seconde en 2062 et la dernière à Jérusalem.

     Pas besoin de s'y connaître en physique, l'explication qu'il existe plusieurs passés peut suffire au lectorat pour suivre l'histoire.

     L'auteur va plus loin car il dévoile une exploitation du passé et des historiques très limite et immorale. Même le système judiciaire a cette tare : il se base sur les lois et sur l'opinion publique (la côte de popularité du prévenu) pour juger.

Un livre que j'ai trouvé prenant et agréable à lire. Il reprend un rêve admis par beaucoup, celui d'assister en direct à des événements historiques. Imaginez ! Vous pouvez assister à tout ce que vous voulez sans conséquences sur le présent (autre que l'aspect moral.)

Marion (Source image : médiathèque de Neuville)

Commenter cet article