Tréfonds de Tom Clearlake (2018) SP

Publié le par Marion L.

Tréfonds de Tom Clearlake (2018) SP

Second livre pour le #ChallengeNetgalley. Merci à Moolight éditions pour ce service presse. Je n'ai pas trouvé de site pour vous partager le site éditeur.

     Lucas est inspecteur de police à la brigade criminelle. Il est appelé, lui et son collègue, sur un braquage en cours. Ce dernier se termine par la mort de son coéquipier et sa suspension temporaire. Une plongée dans l'alcool commence.

     Jusqu'à ce qu'il croise une jeune femme, aveugle et terrifiée. Elle fuit quelque chose. Mais disparait avant de lui en avoir dit plus. Lucas décide de mener l'enquête pour la retrouver. Il déterrera un terrible secret, caché sous la butte de Montmartre.

Un thriller horrifique, ce qui avait de quoi m'intriguer. Surtout que j'avais vu le nom de cet auteur passer avec de bons retours.

     Le début commence comme une enquête policière. Malgré sa mise à pied, Lucas se plonge dans son enquête et tente d'infiltrer une secte sataniste.

     Puis, cela vacille entre folie humaine et horreur, parfois à la limite de la fantasy horrifique. Plongé dans un "enfer", nous nous attendons à ce qu'il rencontre des démons (non humains.)

     Je me demandais même si les choses allaient tourner en ce sens. Et j'avais peur de ça, je voulais rester dans un thriller. Je ne dirai pas si ça a tourné ou non, je vous garde le suspens.

Il exploite la violence humaine, ce qui amène des scènes violentes et gores, je vous préviens. C'est donc horrifique dans le sens horreur et non effrayant.

     Son style est prenant. Et c'est le gros point positif de ce livre. Après… il faut aimer les histoires qui vont loin, les complots religieux etc.

     La fin ne m'a pas complètement convaincue. La vision de fin était-elle vraie ou une hallucination ? je ne dirai que ça.

"La douleur engendrait la douleur, la haine engendrait la haine, cela n'avait pas de vrai commencement, et cela n'aurait jamais de fin" (page 238 sur liseuse)

     Pour moi l'histoire d'amour intense est un peu rapide. Mais il a ce côté justicier, ce qui peut expliquer, et chacun est différent, surtout dans ses sentiments.

     Je me suis prise au jeu et j'ai passé un bon moment de lecture (si on peut dire ça comme ça). Je n'ai pas soupiré ni désiré que la fin arrive vite, ce qui est bon signe. Mais c'est surtout dû à son écriture, pas vraiment à l'histoire.

Un livre qui ne peut pas aller dans toutes les mains, surtout à cause de sa violence. Vous serez prévenus.

Marion (Source image : Netgalley)

Commenter cet article