Silence sous la blouse de Cécile Andrzejewski (2019) SP

Publié le par Marion L.

Silence sous la blouse de Cécile Andrzejewski (2019) SP

Un très grand merci aux éditions Fayard et à Netgalley pour ce service presse (j'hésitais à l'acheter pour ma médiathèque)

"La tradition n'est pas bonne, la tradition n'est pas mauvaise, c'est la tradition". (François Deniau).

     Je vais tenter un résumé. Cécile Andrzejewski nous révèle quelques secrets du milieu médical, notamment hospitalier. A travers le témoignage de victimes qui osent affronter l'omerta, des aidants, de données, des affaires concrètes, des retours de bourreaux... seules les administrations hospitalières n'y sont pas, aucune ayant répondu à la journaliste.

     Harcèlement moral, harcèlement sexuel, violence... l'hôpital possède un fonctionnement particulier qui lui est propre. Un fonctionnement qui protège certains membres et rend difficile un éventuel travail de la justice (ce qui paraît complètement aberrant).

"Celui [le quotidien] d'un monde majoritairement féminin où le pouvoir, médical et administratif, reste entre les mains des hommes" (pages 8-9 sur liseuse)

     Des victimes ne sont pas écoutées, et si elles osent parler trop fort, elles sont punies à la place de leur bourreau. Parfois dans une tentative de les protéger.

     Je ne vais pas entrer dans les détails car je ne suis pas 100% sûre du fonctionnement, je ne voudrais pas dire n'importe quoi. Mais j'ai trouvé hallucinant qu'ils ne soient pas jugés par la justice en tant que personne.

     L'esprit carabin, la hiérarchisation des postes qui n'a rien d'officielle, "l'impossibilité" (je mets des guillemets) de se séparer d'un médecin... voici une corporation qui défend une partie de ses membres, trop précieux, et des pratiques qui ne devraient plus avoir lieu.

""Faut pas exagérer, c'est comme ça depuis toujours". Comme si le fait d'avoir installé des pratiques dégradantes depuis des années excusait le fait de les reproduire." (pages 52-53 sur liseuse)

     Hiérarchisation ? Oui, le médecin n'est pas le supérieur hiérarchique des infirmières (vous le saviez vous ?) Mais elles doivent lui obéir... ce qui créé une hiérarchisation et, de fait, un rapport de force entre eux. Un médecin, ce n'est pas n'importe qui, attention. Il y a aussi des praticiens d'un côté et les professeurs universitaires de l'autre, quasi intouchables, le haut du panier. Et les deux ne sont pas punis de la même manière (quand punition il y a).

     Et entre un spécialiste qui rapporte de l'argent, une réputation et un service à des patients... et une infirmière... qui saute ? Qui peut-on sacrifier ?

"Ce sont elles, victimes, qui paieront le prix fort - pas leurs bourreaux". (page 19 sur liseuse.)

      Les choses évoluent, il faut y croire. Et il faut aussi partager, que chacun découvre ces pratiques et entendent ces témoignages. Pour que la société évolue dans le bon sens.

Un documentaire intéressant qui se lit plutôt bien. Je n'aurais pas été contre qu'elle prennent le temps d'expliquer le fonctionnement (elle le fait mais par-ci par-là pour illustrer un propos.)

Marion (retrouvez le livre sur le site éditeur : Silence sous la blouse)

Publié dans Documentaire

Commenter cet article