Les animaux (presque) disparus de Veronica Cossanteli (2019) SP

Publié le par Marion L.

Les animaux (presque) disparus de Veronica Cossanteli (2019) SP

Merci à Hachette et à Netgalley pour ce service presse.

"C'est inutile de s'en faire pour la fin, car la fin n'existe pas vraiment. En réalité, c'est toujours le début d'autre chose..." (page 147 sur liseuse).

     Georges est un petit garçon comme les autres avec un papa parti loin sans prévenir et une mère dépassée qui cherche le réconfort dans le yoga. Un jour, quelqu'un lui vole son vélo. Il lui faut gagner de l'argent pour en racheter un. C'est comme ça qu'il tombe sur une annonce pour travailler à la ferme du vers de terre.

     Georges y va et y croise un dragon, un ourobouros, un cochon à deux têtes... une ferme très spéciale, un lieu protecteur pour des animaux disparus depuis longtemps ailleurs ou qui n'existent pas pour les hommes.

     Georges et sa nouvelle amie, Prudence, ont du travail. La belle-mère de la petite fille aime tout empailler et se ferait une joie de s'en prendre à tous ces animaux. En plus, un basilic s'est échappé, pétrifiant les animaux de compagnie de la ville, attisant la peur ancestrale du dragon et la convoitise de Diamant Die, la fameuse belle-mère.

Une grande aventure comme les enfants peuvent les inventer. 150 pages (sur liseuse) de pur bonheur. Un roman enfant qui a beaucoup de charme.

     Il m'a rappelé ces films pour enfant avec des méchants méchants mais un peu cons sur les bords. Qui veulent faire des choses étranges mais méchantes (mais pourquoi ? Exemple, pourquoi vouloir tout empailler ?) Face à eux, il n'y a que des enfants et des renforts étonnants. Où les autres adultes sont complètement à côté de la plaque. Et où, à la fin, les choses se terminent très mal pour les méchants sans que cela ne prête à conséquence.

     Il y a des petites choses glissées ici ou là. Je pense à la méchanceté enfantine. Georges repousse Prudence parce qu'il est jaloux. J'ai eu beaucoup de peine pour cette pauvre petite. Il y a aussi le respect dû aux animaux et le vivre ensemble. Oui certains mangent des hommes, mais ils ont faim, c'est la chaîne alimentaire. Nous mangeons bien de la viande nous aussi. L'effet de groupe et la transformation en être haineux lorsque la peur frappe...

C'est un livre très accessible aux 8 ans et plus, mais plus complexe qu'il en a l'air lorsqu'on creuse. Un premier tome qui promet une bonne série. A suivre. J'ai déjà hâte de retrouver ces personnages haut en couleur.

Marion (Retrouvez le livre sur le site éditeur : Les animaux presque disparus)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article

M
Je retiens toujours ce que tu nous présentes pour la jeunesse. C'est intéressant ! Merci...
Répondre
M
Merci ^^. J'aime faire ce genre de belles découvertes. Et maintenant que je m'occupe vraiment du fonds jeunesse à la médiathèque, je vais en lire de plus en plus.