Le complexe d'Eden Bellwether de Benjamin Wood (2014)

Publié le par Marion L.

Le complexe d'Eden Bellwether de Benjamin Wood (2014)

Avec une couverture magnifique des éditions Zulma. Une révélation. Commencé sans savoir si j'allais aimer... et bien si.

     Tout commence avec Oscar, aide-soignant dans une maison de retraite qui rentre chez lui en prenant un raccourci. C'est alors qu'il entend une musique, qu'il entre dans une église - lui, l'athée - et qu'il croise une jeune femme dont il tombe sous le charme. Son nom est Iris.

     Iris et Oscar se rapprochent. A tel point qu'elle lui demande de l'aide pour son frère qu'elle soupçonne être fou. Oscar accepte de l'aider et se documente. Grâce à l'un des résidents de la maison de retraite, il prend contact avec un psychiatre atteint d'un cancer incurable. Ce qui les mènera à leur perte.

     Eden, le frère, hypnotise les gens grâce à sa musique et est persuadé de pouvoir soigner. Le docteur se prête à son jeu afin de l'étudier pour le livre qu'il écrit sur l'espoir, l'hypnose, les pouvoirs de la musique sur l’inconscient, l'amitié, l'amour, un trouble psychologique : la personnalité narcissique et l'effet placebo (l'aspect puissant mais faux, un pouvoir persuasif de l'esprit sur le corps au point de croire à des pouvoirs surnaturels.)

L'auteur ne donne pas vraiment de réponse, nous les devinons. Un livre qui fait réfléchir, apporte du débat. Un livre qui vous entraîne vraiment à sa suites. Les pages défilent toutes seules.

[J'ai coupé mon article d'origine avec une analyse du prologue. J'ai peur d'en dire trop. Une histoire d'incendie, de destruction...]

Nous le terminons avec des questions que je ne poserai pas ici pour ne rien révéler. Et il mérite d'être découvert au fur et à mesure de la lecture. Il en vaut vraiment la peine. Même si la fin m'a poussée à le poser un instant... tout est si fort, si inéluctable.

Marion (Source image : la médiathèque de Neuville.)

Publié dans Autres

Commenter cet article

M
J'ai aussi beaucoup aimé la lecture de ce livre et j'aime m'en souvenir en découvrant ta présentation...Je ne t'oublie pas Marion, mais j'étais en vacances et je gardais mes petits-enfants, du coup j'ai été moins présente ces deux dernières semaines...
Répondre
M
Aucun soucis, je fais bien pire... mais je vais revenir petit à petit. Tu en as fait une chronique ?