Bilbo le hobbit de J.R.R Tolkien

Publié le par Marion L.

Bilbo le hobbit de J.R.R Tolkien

Vraiment besoin de présenter ? Eh bien oui car les films s'adressent aux grands, le livre aux petits.

     Bilbo est sagement chez lui à Hobbitville à fumer sa pipe quand un vieux monsieur, un certain magicien Gandalf, vient lui rendre visite. Par pure courtoisie et pour s'en débarrasser, Bilbo l'invite le lendemain pour l'heure du thé.

     Le lendemain à l'heure du thé, ne débarque pas un magicien, mais 13 nains afin de l'engager comme cambrioleur. Ils désirent récupérer leur or, volé il y a quelques générations par le terrible Smaug, le dragon.

     Bilbo hésite et accepte, finalement. Son côté Took sans doute qui reprend le dessus. Et le voilà embarqué dans une grande aventure loin de chez lui et de l'ambiance paisible de son foyer.

     Il rencontrera, en plus des nains, des elfes (ceux d'Elrond ou de la forêt de Mirkwood), mais aussi de terribles gobelins, des wargs (de grands loups maléfiques), un changeur de peau, un dragon, des hommes et même une étrange créature du nom de Gollum, à laquelle il volera un anneau qui lui sera très utile.

Nous sommes loin de l'univers sombre du seigneur des anneaux. ici les choses sont plus guillerettes, même aux moments noirs.

     Je ne peux m'empêcher de comparer avec les films car c'est là que nous voyons les libertés prises par Jackson. Il s'attarde bien plus et développe le monde de Tolkien. Là où Tolkien décrit un obstacle dans l'aventure, Jackson en fait une épopée. Il y a ce quelque chose de grandiose et de très visuel chez Jackson.

     Les personnages de Tolkien sont moins sombres. Les elfes chantent, se moquent, s'amusent, comme des petits lutins farceurs. Et ne parlons pas des nains. Ils se plaignent tout le temps mais n'agissent pas beaucoup. Ils n'ont pas cette âme guerrière que l'on voit dans les films, ils sont même un peu lâches et se laissent un peu portés, au début par Gandalf puis par Bilbo.

     La folie de Thorin à la fin est mise en sourdine et vite passée, tout ce qui est vraiment sombre est vite passé, allez hop hop hop, on passe à autre chose.

     Une fois encore, une grande importance est portée à la musique. Comme dans le seigneur des anneaux, la musique est là à chaque moment fort. Nous la retrouvons lors de la rencontre avec les elfes, ce qui leur donne leur côté lutin farceur, là avec les nains afin de raconter leur histoire, là avec Bilbo à la fin d'une émotion forte ou pour évoquer un sentiment, là avec les gobelins quand ils jubilent et tentent d'effrayer les personnages. Elle fait partie intégrante de l'histoire.

Un roman aux allures de conte.

Marion (Source image : babelio)

Bilbo le hobbit de J.R.R Tolkien

Commenter cet article

M
Tu as raison ce livre s'adresse aux jeunes et ensuite quand ils grandissent vers 12-13 ans on peut leur faire lire "Le seigneur des anneaux"... J'adore !!
Répondre
M
Vi, c'était une volonté de Tolkien selon une émission que j'ai pu voir sur lui. Avec le Hobbit, son éditeur voulait qu'il continue en jeunesse mais lui ne voulait pas et... le seigneur des anneaux est né. Je trouve l'historique de cette histoire vraiment fascinante.