Le roi disait que j'étais diable de Clara Dupont-Monod (2014)

Publié le par Marion L.

Le roi disait que j'étais diable de Clara Dupont-Monod (2014)

Je vous en parlais il y a quelques temps car il se déroule avant "La révolte" (vous n'avez qu'à cliquer pour en lire l'article). Les deux livres peuvent se lire séparément ou dans le désordre. Mais vous saurez qu'il y en a un avant la révolte.

     Aliénor d'Aquitaine, reine de deux rois, de deux royaumes, d'abord la France avec Louis VII, puis l'Angleterre avec Henri Plantagenêt. Reine connue et pourtant si peu décrite par l'histoire, l'on ne sait pas grand chose d'elle.

      Alors Clara Dupont-Monod s'amuse à percer ce personnage, lui donner un caractère et combler les trous de l'histoire. Elle se sert d'une toile de fond historique pour y mêler la fiction.

     Nous sommes au début de son histoire. Aliénor a 13 ans et attend son époux depuis ses terres, à Bordeaux. Elle ne veut quitter l'Aquitaine, le Poitevin qu'elle aime tant, ainsi que sa langue (la langue d'oc) pour le Nord, si froid, auprès de cet époux qu'elle n'aime pas, qu'elle méprise (même) et qui lui fait honte.

     Les deux souverains sont le contraire l'un de l'autre. Louis était second né, non prêt à prendre le trône, il avait rejoint les ordres. Calme, il préfère la parole aux actes de violence. Il fait de la politique. Mais il aime sa femme d'un amour fou.

     Elle, elle aime la poésie, la musique, le pouvoir et les combats. Elle veut un roi, un époux fort qui s'impose, qui, comme elle, sait se faire obéir et respecter. Elle ne remarque pas ses attentions, ses efforts pour lui plaire et quand elle le fait, cela na fait qu'augmenter son mépris.

Un combat au sein même du couple royal.

     Ce qui est mis en évidence ici ce sont les sentiments, la relation entre les deux époux et les conséquences directes ou non de cette relation. Les décisions prises pour plaire, pour se venger...

     Nous alternons les deux points de vue. Aliénor domine, comme le ferait tout personnage avec sa trempe et son ambition. Mais le roi a aussi ses espaces de texte. Il y a des parallèles entre ces deux personnages qui mettent encore plus en avant leur différence.

     Un livre que l'on pourrait qualifier d'historique mais attention, c'est la fiction qui est principalement mise en avant, pas les aspects historiques qui ne sont là que pour placer le contexte.

Quel camp choisirez-vous entre celui d'Aliénor et de Louis ? Difficile, ils ont tous les deux de bonnes raisons.

     Entre ce roi amoureux qui se sacrifie pour la femme qu'il aime mais qu'il répugne, d'où une grande souffrance (nous ne le prenons pas en pitié, mais nous le plaignons. Il nous touche.) Et Aliénor qui pourrait nous être antipathique, mais non, nous la comprenons. Elle aimait tendrement et profondément ses terres, obligée de partir, d'épouser un homme qu'elle n'aime pas, devant s'habituer à une autre manière de vivre... Elle refuse de regarder en arrière et de regretter le passé (c'est pourtant ce qu'elle fait avec cette colère qui bout en elle tout du long.)

Le style de l'auteure se veut moderne (malgré le sujet, elle aurait pu s'y adapter) mais littéraire. Un bon livre. Une pointe de déception, presque rien. Bonne lecture.

Marion (Source image : médiathèque de Neuville)

Publié dans Historique

Commenter cet article

M
Je ne l'ai pas encore lu bien qu'une amie l'a présenté lors d'une des réunions du Cercle de Lecture auquel j'appartiens...Je l'ai donc noté dans ma longue liste...Bonne soirée
Répondre
M
La liste est interminable ^^. Belle découverte si tu trouves le temps de t'y mettre.