Le pouvoir de Naomi Alderman (2018)

Publié le par Marion L.

Le pouvoir de Naomi Alderman (2018)

Vous venez d'ouvrir la treizième case du calendrier de l'avent ! Quand les femmes prennent le pouvoir.

     Un méta-roman puisqu'il s'agit d'un roman dans un roman. Celui qu'un historien a envoyé à une amie pour connaître son avis.

     Ce roman commence le jour où les femmes, toutes les femmes, se découvrent une nouvelle capacité, celle de générer de l'électricité. Le rapport de force homme/femme est modifié car elles peuvent à présent se défendre, tuer, rivaliser avec la force physique des hommes et même la dépasser. La victime peut devenir bourreau.

Les sociétés du monde sont patriarcales depuis presque toujours. Comment réagissent-elles face à ce changement ?

     Pour le découvrir nous suivons quatre personnages :

     Allie est fille d'une sorte de mafieux. Son électricité est puissante. Elle est respectée par les femmes et crainte par les hommes. C'est un soldat. Une femme qui n'aurait pas eu besoin de cette capacité pour se faire entendre. Mais qui vit dans un monde d'homme où la force prédomine.

    Mère Ève est une jeune femme qui a souvent changé de foyers. Sa dernière famille est un couple catholique qui l'élève dans la foi et la douleur. Elle ne s'éloignera pas de cet univers, mais le changera pour l'adapter à l'avènement des femmes.

     Hélène. Une femme ambitieuse, prête à tout pour sa carrière politique. Parce que ce n'est pas parce que nous sommes femmes que nous sommes parfaites, compréhensives, sans violence et pleines d'amour. Et c'est l'une des forces de ce livre.

     Et Tunde, un jeune homme, aspirant journaliste. Il voyage dans le monde pour assister en direct à ce changement mondial. Avec lui nous voyons la réaction des femmes en dehors des Etats-Unis, dans des pays comme l'Arabie-Saoudite par exemple. Des pays où les femmes connaissent l'oppression et la suprématie des hommes.

"Tunde a déjà lu cette théorie quelque part. Dans toute bonne intrigue conspirationniste, il faut des personnages de conspirateur.  Il s'étonne simplement qu'UrbanDox n'ait pas mentionné les juifs." page 217

     Il ne se contente pas de poser le postulat : les femmes deviennent plus fortes que les hommes. Il va plus loin et tente de montrer ce que ça peut donner en l'adaptant aux populations et à leur histoire.

      Je ne raconte pas la fin mais si le reste du livre ne m'avait pas convaincue, cette fin l'aurait fait. Intelligente et magique. Très fort.

Je n'ai pas pu m'empêcher de voir un message dans ce livre, celui que tant qu'il y aura un rapport de force entre les sexes, quelque chose ne fonctionnera pas.

Un énorme coup de cœur de mon coté. Je n'en dis pas plus pour vous laisser découvrir cette histoire dans sa complexité et son évolution. On en reparle après (surtout que je sais que d'autres n'ont pas aimé).

Marion (Source image : médiathèque Colette)

Commenter cet article