Je sais où tu es de Claire Kendal (2001)

Publié le par Marion L.

Je sais où tu es de Claire Kendal (2001)

Vous venez d'ouvrir la seizième case du calendrier de l'avent ! Sur un thriller psychologique addictif.

     Clarissa a peur d'un homme, Rafe. Il la suit partout, persuadé qu'ils s'aiment, qu'elle lui appartient. Dès les premières pages nous sommes dans l'histoire, dans la peur de cette femme.

     Elle a couché une fois avec lui (viol ?) et depuis il la suit partout. Elle a beau suivre les recommandations de magazines pour les victimes de harcèlement, il ne comprend pas. Il continue à la suivre et à lui livrer des cadeaux.

En parallèle, elle est jurée pour un procès d'enlèvement et viol. Une bouffée d'air frais pour elle, loin de lui... ou presque.

Elle ne peut s'empêcher de faire des comparaisons entre elle et l'affaire qu'elle suit. De la réaction de la police si elle porte plainte. Quelqu'un pourrait-il la croire ? Cumule-t-elle assez de preuves contre lui ? Ne va-t-on pas le croire lui ? Il est si convainquant.

     Elle s'enferme de plus en plus dans sa peur. Ce qui rend le rythme haletant et l'atmosphère de plus en plus épaisse.

     Nous sentons que comme tout harceleur de cet acabit, il y aura une montée en puissance, ce qui nous fait ressentir de la peur à nous aussi. Peur qu'il lui arrive quelque chose.

Ce livre m'a semblé criant de vérité. Parfois j'ai eu envie de lui hurler d'aller voir la police, de ne pas agir comme ça... mais elle est victime, elle est apeurée. Et cet aspect est très bien rendu. Difficile de réfléchir dans ces conditions.

     Si on me le demande, leur seule relation a été un viol. Mais elle n'a pas la force de se le révéler.

     Ce livre est puissant et rend vraiment compte de la position de victime. Elle se met à la place des autres, de ceux qui la jugent, qui ne comprendront pas pourquoi elle ne réagit pas, elle ne se débat pas, elle n'en parle pas... comme un piège qui se referme sur elle. Et le procès auquel elle assiste la conforte dans cette idée de se taire.

      Nous avons tellement envie que cette histoire se termine bien... je n'en dis pas plus.

Bref, il ne nous quittera pas une fois refermé. Comprenons les victimes... Claire Kendal nous met à la place de l'une d'entre elles. Plongée dans l'horreur.

Marion (Source image : babelio)

Commenter cet article

M
Un thriller que tu as beaucoup aimé ! Quel suspense...à lire assurément.
Répondre
M
Vraiment beaucoup aimé oui. Il se met à la place de la victime... très bien fait. Une très bonne et agréable surprise. Parfois il faut tenter des choses un peu prises par hasard ^^.