Celle qui a tous les dons, tome 1 de M. R. Carey (2014)

Publié le par Marion L.

Celle qui a tous les dons, tome 1 de M. R. Carey (2014)

Vous venez d'ouvrir la dix-neuvième case du calendrier de l'avent ! Un peu d'hémoglobine ? Une base militaire ? De l'action et de l'originalité ?

     Le livre débute dans un endroit que l’on devine être une prison ou du moins une base militaire. Mélanie est une petite fille d’une dizaine d’années. Tous les matins elle attend que des soldats entrent dans sa cellule et l’attachent à un fauteuil. Les mains, le cou et les jambes.

Pour rire, elle leur promet qu’elle ne va pas les mordre. Ce qui ne fait rire personne car eux savent ce qu’elle est vraiment.

     J’aimerai ne vous dire que ça et vous laisser découvrir. Mais je ne peux pas.

     Dès les premières pages, j’ai été happée. Cela a été très dur pour moi d’abandonner le livre pour partir travailler. Il vous installe tout de suite dans son univers. Surtout que nous cherchons à comprendre. A comprendre la peur des enseignants qui font cours aux enfants (Mélanie n’est pas seule), à comprendre pourquoi ces attaches, à comprendre ce qu’ils cherchent à faire ici.

     En plus, nous sommes dans la tête de Mélanie et cette petite fille est incroyable. Très intelligente, elle observe. Elle observe et elle note ce qu’elle voit, même quand elle ne comprend pas. Il y a un détachement et des sentiments. Un antagonisme qui la rend attachante. Je me trompe sûrement mais elle fait un peu penser à une forme d’autisme.

Une histoire très, très originale. Très loin des autres histoires de zombies (c’est dit) que j’ai pu lire.

     Sans trop en dire, j’ai moins apprécié la partie en extérieure. Nous nous éloignons de Mélanie pour nous intéresser aux autres personnages. Et comme je m’attendais à des zombies à tous les coins de rue… bref, l’intensité installée au début se perdait un peu. Et puis ensuite… non. Au contraire, c’est une super idée de se concentrer sur tous les personnages et non uniquement Mélanie. Et de nous montrer cette autre atmosphère.

Une très bonne fin, elle m’a beaucoup plu.

ATTENTION ! Mélanie est fascinée par le mythe de Pandore, dont le nom signifie « celle qui a tous les dons ». Ne se transforme-t-elle pas en Pandore ?

     Des personnages attachants, certains même dans leur antipathie. Avec cette idée que la nature humaine est complexe. Il n’y a pas de gentils profonds, chacun a sa part d’ombre, a ses défauts, a une manière d’appréhender le monde – qui ne plait pas à tout le monde.

Pour conclure, une très bonne histoire. Prenante, profonde, originale, touchante et au plus proche du réel malgré tout. Une histoire de survie quand on y pense… pour tous. Mmh, oui la fin m’a beaucoup plu.

Venez me donner votre ressenti de cette fin quand vous l’aurez lue, je suis – une fois encore – curieuse.

Marion (Source image : médiathèque Colette)

Commenter cet article