La vie secrète des animaux de Peter Wohlleben (2018)

Publié le par Marion L.

La vie secrète des animaux de Peter Wohlleben (2018)

Novembre est le mois du film documentaire. Je réadapte à ma manière pour vous offrir un mois "du livre documentaire". Mois à thème ! Plongez dans la vie secrète des animaux ! Coup de cœur garanti !

     Après les arbres, Peter Wohlleben s'intéresse aux animaux. Il nous "simplifie" les recherches récentes et nous pousse dans de nouvelles réflexions. Puisque notre regard est influencé par notre expérience humaine et que la science ne peut pas encore tout expliquer. Mais si nous observons, nous pouvons au moins faire des constats.

     Il ne nous impose pas son point de vue, il constate et nuance ses propos. Il débute par les sentiments. Les animaux peuvent-ils ressentir ? Selon des études, oui. Mais attention, pas comme nous. Comme il nous est impossible d'être sûr que nous ressentons la même chose exactement de la même manière entre humain, il est impossible de faire de même avec les animaux.

     Leur intellect. Des études sont faites parce que nous partons du principe que notre cerveau a des capacités que d'autres formes ne peuvent pas avoir, car différentes. Et si ?

"Le cas des myxomycètes [des champignons] me plaît beaucoup, car il montre qu'il en faut bien peu pour renverser l'idée solidement ancrée d'une nature primitive où évolueraient des animaux bêtes et insensibles. Car les structures décrites précédemment font complètement défaut à ces étranges créatures [un cerveau complexe]. Si des espèces unicellulaires ont déjà une mémoire spatiale et sont capables de venir à bout de tâches aussi complexes, combien de facultés et de ressentis insoupçonnés peuvent bien cacher des animaux ne possédant ne serait-ce que deux cent cinquante mille cellules cérébrales [...] ? Dès lors, on ne s'étonnera plus que des oiseaux et des mammifères, bien plus proches de l'homme en matière de structure corporelle et cérébrale, possèdent la même palette de ressentis que nous." page 43.

     Nous compartimentons la nature et ce qu'elle contient, consciemment ou non. Nous pardonnons à des espèces que l'on juge par exemple mignonne ou gentille et rejetons celles qui ne nous plaisent pas (ex : la tique.) A se demander à quoi sert la tique ? Il vous répondra :

"Encore heureux qu'à chaque nuisible correspondent des animaux utiles, qui le contiennent... Mais compartimenter ainsi la nature suppose nécessairement deux hypothèses : il faut, premièrement, que le monde ait été créé selon un plan parfaitement conçu, où tout se coordonne et s'équilibre ; deuxièmement, que son créateur ait fait ce monde dans le seul but de satisfaire les besoins de l'homme". page 75

     Le deuil, la honte, le plaisir, le mensonge... purement humain ? Pour nous le montrer, Peter Wohlleben prend pour exemple des recherches scientifiques et des anecdotes personnelles.

Très accessible, ce documentaire se dévore comme un roman.

     Les chapitres sont courts et se concentrent sur un sujet, un propos. Ce qui les rendent à la fois compréhensibles et attrayants. Et puis, il a une manière d'amener les choses, de nous les expliquer, qui nous parle et nous amène avec lui.

     Il évoque tellement de choses que je ne vais pas tout rapporter. Seulement que les seules recherches faites aujourd'hui ont démontré beaucoup de choses déroutantes alors que nous ne sommes qu'au début.

Je qualifierai ce livre d'humanisme. En bref, j'ai adoré. A découvrir.

Marion

La vie secrète des animaux de Peter Wohlleben (2018)

Commenter cet article