Bébé made in France : quels sont les secrets de notre éducation ? de Pamela Druckerman (2013)

Publié le par Marion L.

Bébé made in France : quels sont les secrets de notre éducation ? de Pamela Druckerman (2013)

Novembre est le mois du film documentaire. Je réadapte à ma manière pour vous offrir un mois "du livre documentaire". Mois à thème ! Une maman américaine débarque en France et découvre notre éducation.

     L'auteure découvre l'éducation à la française. Pourquoi sa fille fait le cirque au restaurant alors que les petits français à côté mangent et attendent.

"Les petits français sont-ils génétiquement plus calmes - ou menacés - pour qu'ils se soumettent ? [...] De toute évidence, non."

     Les américaines nous trouvent mères indignes, mais le sommes-nous ? Pamela se pose la question. Nous découvrons notre société et notamment les enfants à travers les yeux d'une américaine. Nos modes d'éducation sont très différents. Nous pensons voir plus "d'enfants rois" qu'avant et que l'autorité des parents diminue. Mais pas pour elle. Si nous voulons voir de vrais enfants-rois, il faut aller à New-York d'après elle.

     Une découverte des français ou des américains ? La question se pose parce que les deux cultures sont évoquées. En sachant qu'elle adressait ce livre aux américaines plus qu'aux françaises.

"Ils estiment qu'ils n'ont pas à être au service constant de leurs enfants et que l'éducation ne doit pas être source de culpabilité."

Petite analyse, chapitre par chapitre, prêt ?

1) Vous attendez un bébé ? Elle débute par une analyse de Paris. Je n'en dis pas plus, juste qu'il serait bon de la rassurer. Oui, oui, les provinciaux pensent la même chose...

     Elle y évoque sa première grossesse et ses paniques que toutes les américaines ressentent. Une panique monstre sur les problèmes, les maladies, tout ce qu'il ne faut pas faire, pas manger... Et elle n'a pas l'impression qu'en France nous soyons aussi stressées.

Pas de comparaison avec la France. Elle se contente de parler de ses impressions sur ce pays (ou plutôt Paris), son intégration difficile, sa grossesse.

2) Avec ou sans péridurale ? Ouais, décidément, les françaises se prennent tellement moins la tête. Même pour la question de la péridurale. Pour les américaines notre système de santé est trop médicalisé. Accouchement naturel ! Même si Pamela est très contente qu'il y est la péridurale dans notre pays.

     Elle évoque certaines choses qui la surprennent ou la choquent et qui nous paraissent, à nous français, complètement naturel. Exemple ? le carnet de santé. Pas de quoi fouetter un chat pour nous mais complètement incroyable pour elle.

Perso, à la suite de cette lecture - et n'hésitez pas à me dire si vous avez lu - je préfère accoucher en France qu'aux Etats-Unis.

3) Elle fait ses nuits ? Question française parce qu'aux Etats-Unis ils ne s'attendent pas à ce que l'enfant fasse ses nuits avant sa première année. Donc on demande plus "comment elle dort?". Nous en France nous estimons que 4 mois c'est bien.

      Elle nous évoque le fonctionnement anglais et américain avant de se centrer sur la France. Et pourquoi les bébés français font leur nuit beaucoup plus tôt ? Les parents n'arrivent pas à lui expliquer. Un médecin français en Amérique lui donne des astuces... que les parents français faisaient tellement naturellement que pour eux ils ne faisaient rien de précis.

4) Attends ! Les repas. Chez elle c'est une véritable bataille. Alors qu'ici nous ne nous prenons pas la tête.

"Comme pour les techniques de sommeil, les parents français ne voient là aucun modèle d'éducation, mais simplement du bon sens ".

     Elle s'étonne de nos fréquences de repas toutes les quatre heures. Elle parle de patience parce qu'il faut attendre ces quatre heures... D'après une expérience de Walter Mischel, ceux qui apprennent jeunes à attendre la réalisation d'un désir ont une meilleure concentration, un meilleur raisonnement et réussissent mieux dans ce qu'ils entreprennent que les autres qui n'ont pu retenir leurs désirs.

     Nos enfants ne grignotent pas (ou presque). Je vous laisse découvrir les chiffres donnés par l'auteure... impressionnant. Avec cette utilisation française de la patience, nous mettons en application des résultats reconnus par la science, sans nous en rendre compte.

5) De tout petits humains. Nous laissons nos enfants se développer à leur rythme. Aux USA l'apprentissage doit être rapide et tôt. Nous croyons aux vertus de l'éveil et de la découverte. Les activités sont pour le plaisir de l’enfant, pas pour développer des capacités ou des talents.

     Je n'en dis pas plus, mais nous avons deux philosophes au coeur de notre mode d'éducation : Jean-Jacques Rousseau et Françoise Dolto.

6) La crèche ? En France c'est presque un passage obligé. Et les places se paient chères. Aux Etats-Unis, c'est très mal vu par exemple. En France l'important est le bonheur de l'enfant, s'il se plaît à la crèche, alors qu'aux Etats-Unis ils s'intéressent aux effets cognitifs de la crèche sur l'enfant

7) Bébé au sein. Les françaises sont mères mais aussi femmes. Et c'est un aspect de plus en plus important.

8) La mère parfaite n'existe pas. Les françaises reprennent le travail et les différents modes de garde les aident.

     Elle s'étonne d'une chose : nous déposons notre enfant à un anniversaire sans rester avec lui ! Et nous n'avons pas peur qu'ils s'ennuient, nous ne leur faisons pas faire un surplus d'activités. Et nous sommes plus sereines.

La mère parfaite n'existe pas. Nous avons beaucoup moins de culpabilité de ne pas accorder tout notre temps à l'enfant.

9) Caca boudin ! Une expression bien française mais mignonne ou horrible ? Elle analyse ici la maternelle. Avec l'importance de nos codes sociaux. Un bon français apprend tout de suite ces quatre mots : "s'il vous plaît, merci, bonjour, au revoir". Naturel pour nous ? Pas aux Etats-Unis.

10) 2 Pour le prix d'un. Mmh, je n'ai pas gardé de note pour ce chapitre.

11) J'adore cette baguette. Très important en France de retrouver une vie de couple après la grossesse. L'enfant n'est pas le centre du monde, les parents ont eux aussi droit à un temps à eux. La parité homme-femme est aussi évoquée.

12) Tu goûtes juste un peu. Manger, une spécialité française. Avec ce chapitre nous comprenons mieux pourquoi il y a nettement moins d'obésité en France qu'aux Etats-Unis. Nous partons du principe que mêmes les enfants ont des papilles gustatives et du goût. Ils mangent comme les grands et doivent goûter à tout pour se faire leur propre opinion sur un aliment. Un chapitre vraiment à découvrir.

13) C'est moi qui décide. Être strict, c'est être ferme en France, aux Etats-Unis c'est être acariâtre et vindicatif. L'enfant doit avoir des limites et les respecter. Expliquer en douceur, ne pas laisser faire pour punir ensuite au besoin. Être sûr de son autorité.

14) Laissez-le vivre sa vie. Autonomie. Nous ne couvons pas nos enfants. La séparation se fait beaucoup plus tôt en France (il part en classe verte ? Génial. Une américaine y voit son pire cauchemar pour caricaturer.) La vraie séparation se fait à l'université, où on apprend aux parents à dire au revoir.

"Tout est fait pour que les enfants tirent des leçons de leurs expériences [...]"

 

     Un livre que j'ai trouvé très intéressant. Elle aborde des éléments surprenants pour elle qui nous sont naturels. A tel point que nous les faisons sans nous en rendre compte et sans nous dire "avec telle action, l'enfant va acquérir telle chose". Et avec l'arrivée de l'éducation à la "anglo-saxonne", ce livre prend encore un autre sens.

Il était destiné à des américaines, mais il est aussi très instructif pour des françaises. Et les comparaisons entre nos deux pays sont révélateurs.

Marion (Source image : librairie Durance)

Bébé made in France : quels sont les secrets de notre éducation ? de Pamela Druckerman (2013)

Publié dans Documentaire

Commenter cet article

B
J'aime ce genre de livres mais souvent cela m'agace aussi, paradoxalement...<br /> Car je ne partage pas la plupart des points de vue et je ne crois pas que l'on se dirige vers quelque chose de bien du point de vue familial (en France donc) mais qui a forcément des répercussions sur la société dans son ensemble.<br /> Bref, tout ça pour dire que je le lirai quand même si l occasion se présente
Répondre
M
Ce qui est intéressant dans celui-ci c'est qu'elle ne prône pas une éducation, elle compare (même si elle sous-entend que la méthode française est plus efficace.)