La trilogie des templiers, tome 1 : les chevaliers du christ de Jack Whyte (2018) SP

Publié le par Marion L.

La trilogie des templiers, tome 1 : les chevaliers du christ de Jack Whyte (2018) SP

Un grand merci aux éditions Bragelonne pour ce service presse. Merci de me faire confiance. Et... lisez l'article.

     Comme expliqué au début du livre, la trilogie retrace l'histoire des Templiers. Le premier tome est l'avant. Le second, le pendant ou l'âge d'or. Le dernier, la chute. Dans ce premier tome, donc, nous découvrons d'où viennent les Templiers et les raisons de leur création.

     Il s'agissait d'un ordre bien différent, héritier de Jérusalem. Les connaissances et surtout les vérités sur l'église y circulent de père en fils digne de les entendre. Jusqu'à la guerre sainte. D'où découlera tout le reste. Je n'ose en dire plus.

      Nous débutons l'histoire avec un jeune chevalier au XIème siècle, Hugues de Payns. Il a été choisi pour entrer dans l'ordre et découvrir, par ce biais, la vérité sur Jésus. Intelligent et érudit, il est vite trouvé pour rejoindre l'armée du pape afin de rejoindre Jérusalem, dont tous les membres de l'ordre sont originaires.

     Là-bas, il sera choqué par la violence des hommes et notamment de ces chrétiens qui prônent une religion pacifique.

Dans ce premier tome nous ne parlons pas encore de Templiers mais ils prennent forme. Je laisse le mystère.

     Il a eu un immense succès dans son pays mais... je n'ai pas réussi à accrocher. Il m'aura fallu sept jours pour le lire alors qu'il ne fait que 554 pages. Je n'arrivais pas à entrer dans l'histoire. Peut-être parce que j'ai eu du mal à la trouver.

     En effet, il y a de longs moments où nous ne savons plus si nous lisons un roman ou un documentaire. L'auteur s'est sans doute documenté, que sais-je ? Et il nous retransmet ses recherches ?

Exemple :  "Mais à l'époque de cette transformation par Constantin, trois siècles après la destruction de Jérusalem, les familles qui avaient crée l'ordre de la Renaissance vivaient au sud de l'ancienne Gaule depuis plus de quinze générations, sur la terre où ils s'étaient d'abord établis à leur arrivée ici, et personne, y compris eux-mêmes, n'aurait soupçonné ou deviné que leurs ancêtres étaient issus d'une région fort éloignée de celle où elles vivaient maintenant dans la prospérité." page 387 sur liseuse. 

     Il faut attendre la princesse Alix pour que la forme du roman revienne. Tout l'avant, avant la Terre Sainte... soit une centaine de pages... que se passe-t-il ? Pas grand chose, une explication de faits. Même les dialogues ressemblent plus à un cours magistral.

Mais il y a des passages dans lesquels je me suis perdue.

     Et... les phrases vraiment longues. Une belle maîtrise de la langue et d'ailleurs, un énorme bravo au traducteur. Mais certaines - et elles étaient nombreuses - prenaient la page entière de ma liseuse. Des subordonnées dans des subordonnées qui obligent à une concentration sans faille (ce que j'ai manqué, j'étais dans des endroits bruyants.)

Exemple : "Enveloppés par la chaleur et la confiance de leurs plus proches parents et de leurs amis les plus chers, certains d'entre eux les parrainant, et de tous leurs camarades, et sachant que chacun d'entre eux avait parcouru le même chemin au cours des années précédentes, les néophytes avaient simplement appris qu'il existait d'autres traditions, pus anciennes, à propos de l'illumination, que le christianisme qui prédominait dans leur monde à cette époque, et qu'eux et leurs ancêtres étaient issus d'une telle tradition. Le fait que leurs traditions aient été fermement ancrées dans les principes du judaïsme représentait une anomalie qui étonnait la plupart des nouveaux membres, mais ils en venaient rapidement à accepter que, après un millénaire d'examen approfondi du contenu et de la forme de ses coutumes et rituels officiels, la judaïté fondamentale de l'ordre n'était pas plus étonnante, et non moins juive, que les origines du christianisme lui-même." Page 367 de la liseuse.

     Il n'est pas mauvais du tout, ce n'était sans doute pas le bon moment pour moi de le lire. Trop fatiguée. Parce qu'il donne l'impression d'être documenté et de ce fait raconter l'histoire vraie. Et ça, pour un roman historique, c'est un énorme plus. J'ai même très envie de découvrir la suite et d'aller plus loin.

Si ce genre de romans vous plait, allez-y. Parce que malgré mon ressenti, il a un énorme potentiel. Et ce, même si je le vends très mal.

Marion (Source image : les éditions Bragelonne. Retrouvez le livre sur leur site)

Publié dans Historique

Commenter cet article

M
Une trilogie qui m'intéresse beaucoup ! Je la note. Merci pour ta chronique qui me donne envie :)
Répondre
M
Mais de rien. J'avais peur que mon ressenti un peu mitigé m'empêche de la vendre comme il faut. Je suis rassurée.