La purge d'Arthur Nesnidal (2018)

Publié le par Marion L.

La purge d'Arthur Nesnidal (2018)

Le thème du mois de septembre : l'école. Ici, une école d'élites, vue par l'un de ses étudiants. Article qui devait sortir le vendredi 28 septembre (sans commentaire.)

     Témoignage du quotidien de notre narrateur en première année d'hypokhâgne. La difficulté pour lui, boursier, de s'intégrer, la dureté des cours et de ce qui est demandé aux élèves, l'humiliation fréquente de la part des professeurs, les remises en question... une purge, car seul un pourcentage d'entre eux ira en deuxième année.

Ne vous attendez pas à une histoire linéaire et racontée. Les faits sont là mais l'auteur n'a pas vraiment cherché la voie du roman lambda. Il raconte à l'aide d'une succession d'images, dans un phrasé quelque peu élitiste.

     Très bien écrit, belle maîtrise de la langue. Mais un brin malade et fatiguée pendant la lecture ? Difficile de le suivre comme il faudrait. J'aurais sans doute eu besoin le jour J d'un texte facile.

     Ce n'est pas qu'il est difficile ou inaccessible, mais il semble reprendre l'excellence littéraire demandée en hypokhâgne pour le retourner contre ses persécuteurs.

     Car voilà comment il voit tous les adultes rencontrés. Des enseignants à une femme du CROUS, il ne leur fait pas de cadeau.

     Ils sont horribles dans leur comportement mais aussi dans leur apparence. Hideux, repoussants. Il prend le luxe de les décrire dans le détail, toujours à la base de métaphores.

Ce qui me laisse perplexe. Je n'arrive pas à savoir si j'ai aimé ou pas.

     Une histoire un peu vengeresse ? Avec son "témoignage" nous découvrons une formation vieillissante et inhumaine. Des connaissances trop nombreuses, trop pointues - qui obligent les étudiants à choisir entre manger, dormir ou rattraper leur retard, car quelque soit le niveau de l'étudiant, il est en retard - et des enseignants humiliants.

Il ne donne pas du tout envie de choisir cette filière très vieille France. Mais intéressant du point de vue de son écriture, il y a une certaine recherche.

Marion.

Le prochain mois à thème sera en novembre. Affaire à suivre.

La purge d'Arthur Nesnidal (2018)

Publié dans Autres

Commenter cet article

M
Cela arrive de ne pas savoir si on a aimé ou pas...Il manque quelque chose en fait lors de la lecture :) Bon tu as appris différentes choses sur cette filière...c'est déjà pas mal
Répondre
M
Oui et puis il y a le contexte dans lequel on lit. Je n'étais pas assez en forme je pense pour apprécier les éventuelles subtilités.<br /> Toujours intéressant.