Chagrin d'école de Daniel Pennac (2007)

Publié le par Marion L.

Chagrin d'école de Daniel Pennac (2007)

La thème du mois de septembre : L'école. Plongez avec Pennac dans l'image du cancre et de l'école. Une belle réflexion.

     Comme dit plus haut, ce livre est une réflexion. Une réflexion sur l'école, à travers, notamment, l'image du cancre. De cet élève qui semble perdu, qui ne s'investit pas, qui ne comprend pas, qui n'y arrive pas et qui n'est pas fait pour "ça" ! La grande question du "ça" qui revient plusieurs fois dans le livre.

     Car Daniel Pennac, grand écrivain étudié à l'école et reconnu, professeur de métier, était un cancre dans sa jeunesse. Il aurait mis, par exemple, un an pour apprendre la lettre A. Pour tous, le système et la famille, il était voué à l'échec et même peut-être à la prison. Pour eux il ne ferait rien de sa vie. Il était la grosse inquiétude de sa mère.

Il part donc de sa propre expérience pour alimenter la réflexion. De son expérience de cancre, d'enfant qui n'a pas su s'intégrer au système d'enseignement proposé, mais aussi son expérience de professeur. Son rapport aux élèves, à leurs doutes, à leurs peurs.

     Il ne part pas en guerre. Il ne descend pas le système scolaire, ne cherche pas à le réformer. Il soulève les problèmes qu'il a rencontrés et ce qu'il a pu observer, des deux côtés de la barrière. Il n'accuse pas non plus ces élèves devenus violents et obnubilés par leurs écrans. Ici aussi il soulève les problèmes observés. Ce qui l'énerve ? Que le pourcentage d'enfants violents devienne, dans les faits racontés et retenus, une majorité alors qu'ils ne sont, dans les faits, qu'un pourcentage assez faible.

Un livre très intéressant. Il date de 2007, 11 ans, mais reste très contemporain. Tous les cancres de la terre devrait le lire.

     Il explique le titre "chagrin d'école" avec tellement de justesse. Un chagrin au sens large et qui touche tout le monde.

     Je m'arrête là parce qu'il soulève tellement de questions, de sujets, que cette chronique pourrait être cinq fois plus longue, sans soucis. Mais je ne veux pas en extraire le sens pour vous, je vous conseille plutôt de le lire.

     Ce qui m'a marquée ? L'absurde. Une réponse absurde d'un élève (souvent donnée pour faire plaisir, pour répondre alors qu'il n'a pas la réponse) ne devrait pas être jugée fausse. C'est absurde. Il y a quelque chose ici.

Une réflexion très intéressante et, je pense, pertinente. Bon ou mauvais élève ? Lis-le.

Très bien écrit aussi, il faut le dire.

Marion

Chagrin d'école de Daniel Pennac (2007)

Publié dans Autres

Commenter cet article

L
J'avais lu et adoré ce livre, qui m'avait beaucoup émue !
Répondre
M
Effectivement, il ne laisse pas indifférent.
M
Je n'ai jamais lu ce roman de Pennac ! Quelle bonne idée...c'est un auteur que j'aime beaucoup
Répondre
M
Je n'avais lu que "comme un roman", donc aucun de ses "romans" (du moins où il raconte une histoire). Mais j'aime beaucoup sa personnalité et sa manière d'écrire.