Nuits d'encre de Françoise Rey (2018)

Publié le par Marion L.

Nuits d'encre de Françoise Rey (2018)

Un recueil de nouvelles érotiques autour du thème de la nuit. Vous connaissiez peut-être, il s'agit d'une réédition.

  • Nuit de noces : Un homme et une femme pendant leur nuit de noces, comme le suggère le titre. Mariés un peu sur un coup de tête, ils apprennent à découvrir l'autre, à envisager leur avenir.

Cette première nouvelle est quasiment un dialogue tout du long avec des métaphores tout le temps. Un peu étrange, je ne sais pas trop quoi en penser. Comme si c'était un moment tellement intime que je n'avais pas à être là.

  • Nuit viking : Elle le rencontre et le trouve tout de suite attirant, très grand, costaud, roux. Un vrai viking. Elle lui offre cette nuit, la nuit du viking.

Il y a des similitudes entre ces premières nouvelles. Tout d'abord l'homme pressé et la femme qui lui demande d'attendre, parce qu'elle a mal ou peur d'avoir mal. Pour y aller doucement - du moins au début - ce qu'ils acceptent. Très intéressant d'aborder cette réalité.

Point récurent pour le moment et que j'aime moins : la vulgarité. La narration est d'abord poétique. Elle raconte un acte sexuel mais avec emphase, un tantinet artistique. Et puis des mots vulgaires. Alors peut-être est-ce le jeu de l'excitation, mais l'histoire aurait été très bien et très jolie sans ces vulgarités.

Autre point ? Le pouce dans les fesses de l'homme.

A suivre avec les autres histoires mais pour le moment je ne suis pas trop emballée.

  • Nuit blanche : Une jeune femme accepte de rejoindre La Rochelle à bord d'un camion. L'homme, père de famille, n'a pas résisté à l'envie de l'aider. Mais en chemin le désir les saisit.

Moins vulgaire que les deux autres, elle en est presque touchante. Pas de culpabilité ou de question, ce sont deux personnes consentantes qui se laissent aller à leur désir. Très courte nouvelle, même pas le temps d'un voyage entre Lyon et La Rochelle.

  • Nuit noire : La plus mystérieuse. L'homme est attiré par une femme noire. Mais vraiment une femme ? Avec la fin et la description, le doute est permis (ou je n'ai pas compris quelque chose).

Je tiens ce qui me gêne, le terme de "pute", trop souvent utilisé. Il est trop connoté pour être beau.

  • Nuits courtes : Des souvenirs avec des hommes et des femmes. Les souvenirs d'une seule et même personne ? Des actes manqués... des nuits courtes. Surtout que depuis le début la nuit = acte sexuel et plaisir.
  • Après la nuit : la plus longue. Une femme s'adresse à cet homme qu'elle ne connait pas encore mais qu'elle imagine déjà. Elle s'offre à lui la nuit, expérimente avec d'autres mais tout revient à lui. Comme des extraits de journaux intimes.

J'ai trouvé cette histoire un peu triste. Est-ce pour cela qu'elle s'appelle "après la nuit"? Quand le désir, l'attachement et le plaisir des autres nouvelles est terminé, que reste-t-il ?

     Ce recueil serait-il comme une histoire ? Qui débute par la nuit de noces, de jeunes mariés au début de leur vie à deux, de leur vie sexuelle entre eux. Puis le plaisir, l'extase. Jusqu'à la fin, quand tout s'arrête et que le désir n'est plus vraiment là. Parce qu'il est encore là, attention, mais pas aussi innocent et naïf qu'au début.

Je n'ai pas réussi à être emballée. Trop vulgaire dans les mots choisis. Dommage, car sans ces quelques mots le reste était beau et poétique. La sexualité peut être intense et belle, pas forcément sale ou vulgaire.

Ma nouvelle préférée ? Celle en rouge, la nuit blanche, parce qu'elle m'a touchée. Je les ai trouvés mignons.

Marion

Publié dans nouvelles, Erotique

Commenter cet article

M
Non je ne connais pas du tout cet auteur. Merci de nous présenter cet auteur et ce recueil...Je suis bien d'accord que pour nous toucher les écrits érotiques doivent choisir leurs mots. Voilà pourquoi j'aime Anaïs Nin !
Répondre
M
Et bien je ne connaissais pas Anaïs Nin. Merci de partager ce nom, je vais aller regarder ce qu'elle écrit. Je lis très très peu de littérature érotique. Mais c'est un genre qui se développe et les lecteurs de la médiathèque en réclament. Je préfère donc me renseigner pour proposer des choses de qualité.