Luna, tome 1 de Ian McDonald (2018)

Publié le par Marion L.

Luna, tome 1 de Ian McDonald (2018)

Si vous imaginiez un Game of thrones sur la lune, ça donnerait "luna".

     La lune est colonisée depuis quelques générations. Des terriens courageux y sont allés chercher fortune. Pas de catastrophe terrestre qui oblige des survivants à fuir. C'est la misère qui les motive à chercher un travail rémunéré sur la lune.

Cette dernière est gérée par cinq familles, des Dragons. Riches et puissants ils exploitent les ressources du satellite. Mais de fortes tensions sont palpables entre eux.

     Nous sommes en 2103 et sur la lune tout s'achète et se vend. Pour vivre, vous pouvez vendre votre urine. Pour vivre, vous devez acheter les quatre fondamentaux dont l'air pour respirer.

La comparaison avec Game of thrones se fait assez naturellement. Des familles s'affrontent pour le pouvoir et le contrôle d'un royaume, ici la lune. Des combats, des escarmouches, des contrats rompus, des trahisons, de la violence, des tentatives de meurtre, du sexe.

     Un game of thrones sur la lune avec une technologie avancée - mais pas de manière excessive - et des robots. Notamment des familers : une IA, une interface intelligente, représentée sous la forme du choix du propriétaire, souvent des animaux. Les familiers sont toujours là, comme les Smartphones d'aujourd'hui.

     Au début j'ai eu de très grosses difficultés à entrer dans l'histoire. Ian McDonald nous plonge de suite dans son univers avec ses codes et son jargon. De quoi perdre son lecteur. Mais si on s'accroche, on ne le regrette pas.

La lune d'Ian McDonald est à la fois dangereuse et fascinante. Elle a ses propres règles, ses propres coutumes, ses propres lois, sa propre sexualité. Pas de lois fixes, pas de genre, d'homosexualité ou d'hétérosexualité. La question ne se pose pas, les hommes et les femmes sont mariés à quelqu'un et pas à un homme ou une femme. Cette sexualité libérée et sans frontière est naturelle.

     Il invente une société plausible, pas si éloignée dans le temps de notre époque. J'ai aimé l'originalité de son univers et sa complexité. Un premier tome complet, une histoire à lui tout seul, et non seulement un tremplin, une mise en place pour la trilogie.

J’ai adoré également les personnages. Complexes, adaptés à ce monde, attirants, déroutants. Tous ont quelque chose, un charme, une force qui les rendent uniques.

     Les forces de ce livre sont donc multiples entre l'histoire et les personnages. Il invente aussi un langage. Les langues se sont mélangées dans cette promiscuité. Un lexique à la fin aide à la compréhension (je préviens car il n'est pas annoncé).

Bref, une trilogie qui s'annonce sensationnelle. un livre très difficile à vendre parce qu'il se lit et se découvre. Un univers sombre comme la nuit de l'espace au-dessus d'eux. Un livre SF qui en vaut vraiment le coup. A suivre.

Marion

Commenter cet article

M
C'est toujours difficile de résumer la SF, c'est souvent pareil avec les policiers !! Mais ce que tu en dis donne envie de se replonger dans la SF, cela fait un certain temps que je n'en ai pas lu...Merci pour tes visites et tes gentils commentaires. A bientôt
Répondre
M
^^. Il ne faut pas trop en dire pour ne pas dévoiler l'intrigue et gâcher la lecture, mais en dire assez pour donner envie.<br /> Mais de rien. Merci aussi à toi ^^.