La maison de Leo Rutra (2017) SP

Publié le par Marion L.

La maison de Leo Rutra (2017) SP

(Les passages en rouge sont d'éventuels spoilers)

Mais c'est quoi ce livre ! Une atmosphère de plus en plus dérangeante, personne ne ressort indemne de la maison, pas même nous.

     Elle est le cauchemar de Rose, agente immobilier, qui n'arrive pas à la vendre. A cause de son histoire, mais aussi de l'impression négative qu'elle renvoie... les instincts préviennent de sa nuisance.

     De l'autre côté nous avons Anne et ses deux enfants, Elise et Paul. Un récent drame a plongé la mère dans une profonde dépression. Partir et recommencer ailleurs ne peut être que la seule solution à leur survie. La maison est un cadre idéal, proche de Paris mais entourée d'arbres et isolée. Un lieu de retraite parfait. Et puis, lentement, l'atmosphère change et devient malsaine.

Leo Rutra prend tout son temps pour placer les personnages, leur genèse. Qu'on s'imprègne bien de leur vie, de leur personnalité, de leur relation avant leur rencontre avec la maison.

     Et puis les choses deviennent ambiguës. Les personnages changent, ils voient des choses... réelles ? Sans que le lecteur ne pense à des fantômes. Pas de Poltergheist qui bouge des objets ou claque des portes. Les phénomènes se rapprochent plus d'une possession.

     Leo Rutra arrive à installer quelque chose, un contexte, un ressenti, une atmosphère qui dérange. Les choses évoluent naturellement vers une catastrophe que nous ressentons sans pouvoir mettre vraiment le doigt dessus.

Il sait tenir son lecteur en haleine. Nous cherchons à comprendre, nous voulons comprendre. Et pour ça, il faut lire... et encore. Que se passe-t-il vraiment au tout début ? Et cette fin ? C'est frustré que nous arrivons à la fin, sans de réelles réponses, sans une vraie fin.

     Un livre perturbant où le sexe est sale, où le malsain est de plus en plus présent, où les personnages sont emprisonnés dans une toile nauséabonde qu'ils n'ont pu voir venir, car construite autour d'eux avec le temps, de façon subtile.

     Le personnage de Rose est intéressant, car sans doute la seule qui arrive à échapper à la maison pour ... un happy end.

     En bref, la maison ne nous paraissait pas si dangereuse jusqu'à ce que tout dérape. ll nous trompe nous aussi, brouille notre compréhension par moment. Que vient-t-il de se passer exactement ?

J'ai même des difficultés à parler de cette expérience. Elle est à vivre et je suis curieuse de voir un autre avis.

Entrez dans l’univers de "la maison" à vos risques et périls. Merci aux éditions Librinova pour ce service presse.

Marion (Source image : Les éditions Librinova. Retrouvez le livre sur leur site : ici)

Commenter cet article