Homo Erectus de Tonino Benacquista (2011)

Publié le par Marion L.

Homo Erectus de Tonino Benacquista (2011)

Il aurait pu s'appeler "les hommes" mais avec "Homo Erectus" Tonino Benacquista lui rajoute quelque chose de scientifique et bien plus encore. Voici l'homme moderne.

     Tous les jeudis soirs un groupe 100% d'hommes se réunit pour témoigner. Les règles sont simples, les volontaires parlent et tout le monde les écoute, sans interruption, sans parler et sans quitter la salle. Quitte à chacun de discuter des témoignages avec l'intéressé ou d'autres... en dehors.

Trois nouveaux participants osent à leur tour raconter leurs mésaventures. Car c'est cela, le rapport homme/femme et les conséquences sur le psychisme des hommes.

     Yves Leharleur a quitté sa femme qui le trompait alors qu'ils commençaient à réaliser leur projet commun. La fidélité est importante pour lui. Il n'a donc pas supporté la trahison de Pauline.

     Denis Benitez est serveur. Avant il séduisait sans compter, jouant de ses charmes à volonté. Sauf qu'à présent toutes les femmes le snobent. Il a tenté d'en comprendre l'origine et d'émettre des suppositions. Avec le temps, rien ne s'arrange. A tel point qu'il est persuadé que toutes les femmes l'ont choisi comme bouc émissaire de leur vengeance de tout ce que les hommes leur ont fait subir.

     Philippe Saint-Jean, philosophe qui a déjà publié (donc reconnu par ses pairs et un groupe élitiste), vient lui aussi. Il est persuadé n'être là que pour l'observation, que pour prouver des idées, se poser des questions et assouvir un besoin intellectuel. Sauf que lui aussi a de quoi raconter. Amoureux fou de Juliette, il a très mal vécu leur rupture.

Trois hommes, trois destins. Grâce à ces réunions ils se rencontrent et leur vie change.

     Yves décide de ne plus se contenter d'une femme, lui qui peu de temps avant rêvait d'une épouse, d'enfants et d'une maison en banlieue. Il se lance et fréquente des prostituées. Il pourrait s'arrêter là mais non, il leur devient fidèle (même s'il ne le dit pas) et change leur vie. Un homme malgré tout encore honnête que l'on pourrait qualifier de "mec bien".

     Denis fait une grave dépression. Hospitalisé, puis seul chez lui, il dort et ne veut plus sortir. Jusqu'au jour où une femme sonne chez lui. On ne sait pas ce qu'elle veut mais elle s'incruste. Il se posera des questions pendant tout le livre (fin sublime au passage.) Petit à petit ses questionnements prennent le pas sur son mal-être.

     Et Philippe rencontre dans la rue (deuxième rencontre plus prometteuse) Mia, une top-model, une femme à l'opposé de son monde. Et pourtant ils se mettent ensemble et cherchent à se comprendre l'un l'autre, elle qui ne pense qu'au paraître, un brin superficiel, et lui, le penseur qui préfère l'introspection et l'observation, alors qu'elle aime être observée. Un couple qui détonne.

Nous suivons donc ces trois hommes dans leur périple d'homme moderne où la femme n'est plus ce qu'elle était. Elle ne se soumet pas, elle prend son indépendance, elle s'affirme, elle choisit... et l'homme doit faire avec.

      Les prostituées d'Yves se veulent indépendantes, sans "rêve", sans "attaches", sans "besoin d'aide", mais ce n'est pas le cas. Yves sera là pour les aider, les comprendre, les sortir de leur cauchemar. L'incruste de Denis a le profil inverse, elle semble dépendante, en besoin d'aide alors que ce n'est pas le cas. Et Mia est l'une des images de la femme qui réussit, le sait, et en profite.

Les femmes qui croisent le parcours de ces hommes sont elles aussi très importantes.

     Intéressant que cette histoire - que l'on retrouve dans la littérature "féminine" : des femmes qui affrontent le monde moderne, survivent et se débrouillent malgré les chutes et les douleurs - soit du point de vue des hommes. Ils vivent la même chose et ce n'est pas parce que ce sont des hommes qu'ils sont comme des robots, sans sentiments, qu'une femme ne peut pas bouleverser leur vie, qu'ils n'ont pas besoin de parler de leur malheur et que "tu es un homme mon fils, sois fort" ne s'applique pas toujours.

Le témoignage de ces hommes est honnête et touchant en ce sens. Ils surmontent les choses à leur manière et à leur rythme.

     D'ailleurs dès qu'ils changent de vie, ils ne reviennent plus aux réunions. Elles ont été l'instrument, l'aide pour leur "révolution" (au sens scientifique du terme). Elles n'ont plus leur utilité par la suite.

     Entre leur témoignage nous avons accès aux témoignages d'autres hommes qui viendront faire écho à leur propre vie. Ils ne sont pas là par hasard, les histoires racontées par d'autres les influencent, leur sert. Et c'est ce qui est grandiose, cette complexité, cet enchevêtrement maîtrisé par l’auteur qui nous laisse voir l'évolution de ses personnages. Dans un style élégant et confortable. Ou un Denis n'est pas un Philippe dans sa manière de s'exprimer, ni un Yves.

Et la fin, cet écho, cet effet miroir : les femmes bouleversent les hommes au point d'en faire une histoire, mais en retour elles sont aussi bouleversées par des hommes. Grandiose.

     Un livre vraiment excellent sur la vie quotidienne. Devrait-il être lu par les femmes pour découvrir la face cachée de l'homme ? De ce nouvel homme du XXIème siècle qui se cherche encore. Qui n'a plus cette sécurité d'autrefois ? Qui fait les premiers pas au risque de tomber au tapis ? Qui n'a plus exactement la même position ? Qui doit se réaffirmer ? Un bel exemple avec ces trois hommes.

     Et nous découvrons leur vie avec plaisir, même si ce n'est pas le terme exact, mais nous prenons plaisir dans la lecture. Pas de moment de flottement, pas d'ennui, pas de passage en trop, non, juste ce qu'il faut.

     Ce qui est aussi incroyable c'est qu'à la fin nous devinons - pour ne pas dire nous savons - qu'une période se termine pour eux et qu'une autre va commencer. Ils ont souffert, ils ont tenté de se reconstruire et maintenant... et maintenant cela se fera sans nous.

Excellent. En cette période de montée du féminisme, ce livre reprend toute sa place. Parce que les hommes ne sont pas les ennemis à abattre, et que tous, femme et homme, ont leur place.

Marion (Source image : Babelio)

Publié dans Autres

Commenter cet article

M
J'adore l'auteur et j'ai noté celui-ci pour le lire à l'occasion. Il me semble qu'il ne manque pas d'humour et qu'il ne peut que nous faire réfléchir :) Je suis bien d'accord que les hommes ne sont pas les ennemis à abattre, heureusement (moi qui est un mari, deux fils et un petit-fils) mais quand je vois grandir ma petite-fille je me dis que nos différences sont des richesses qu'il faut l'aider à décrypter car déjà à 9 ans elle se pose beaucoup (trop) de questions. C'est incroyable mais c'est l'époque qui veut ça :)
Répondre
M
Entièrement d'accord avec toi. Il le fait avec humour et n'en rajoute pas une couche. D'ailleurs, ce n'est même pas orienté ^^. Un super auteur, que ce soit en roman ou en bd.