Celle que vous croyez de Camille Laurens (2015)

Publié le par Marion L.

Celle que vous croyez de Camille Laurens (2015)

Un livre coup de poing. Percutant, de par l'histoire, mais aussi l'écriture de l'auteure que je découvrais.

     Claire est une femme mûre, tourmentée par un homme plus jeune. Afin de le surveiller, elle se créé un faux profil Facebook. Sur lequel elle a vingt-quatre ans et où elle est jolie et brune. Elle passe par un ami de Jo, Chris, pour approcher le premier. Mais Chris et la fausse Claire discutent et très vite une relation se tisse.

Mais Claire n'est pas Camille ? Ce qu'une lettre à son éditeur sous-entend. Et de qui parle-t-on vraiment ? L'épilogue laisse place au doute.

     Dans l'histoire Claire est enseignante à l’université. Elle connaît la littérature mais surtout la langue. Ce qui se voit. Elle joue avec le sens des mots. Une maîtrise de la langue française, une manière d'évoquer sa complexité et sa beauté, qui rend le texte saisissant.

Mais Claire c'est aussi Camille, l'écrivain. Celle qui a besoin des mots, qui s'en nourrit, qui les manie.

     Le texte s'ouvre sur une forme de ras-le-bol, de dénonciation des violences faites aux femmes, à la fois psychologiques et physiques. De ces femmes violées, souvent rabaissées par la force. De ces femmes qui ont une date de péremption et gare à celles qui la dépassent. Parce qu'il est naturel qu'un homme d'âge mûr désire encore - c'est même très bien vu - et soit avec une jeunette. Alors que le contraire est scandaleux. Elle cite le couple Macron en exemple. Le tout avec une syntaxe qui ne se retrouve pas dans le reste du roman. Car aucune ponctuation. Comme une succession de pensées. Mais des pensées qui viendraient trop vite pour que des virgules ou des points ne soient possible.

     A travers son histoire elle continue à nous parler de cette place de victime qu'ont les femmes, de ce problème avec les femmes d'une cinquantaine d'années qui veulent encore vivre, ressentir, désirer. Comme si passé une date elle n'étaient plus femme.

Ce n'est donc pas un livre qui vous mettra de bonne humeur et vous fera rire. Comme je le disais au début, il est coup de poing. Il a parlé à la femme en moi qui ne pouvait qu'être d'accord, mise devant cette injustice avérée, confrontée à sa situation de "sexe faible".

     Et pourtant. Pourtant elle a une écriture riche, fluide, magnifique, qui nous empêche d'arrêter de lire. La beauté de la langue en parallèle d'une histoire moche. Un contraste saisissant et aussi captivant dans un sens. A la fin nous ne savons pas qu'elle histoire est la vraie, qui est qui, qui a existé ou vécu les faits.

     S'il fallait se contenter de résumer nous pourrions avoir pitié pour Claire, voire la mépriser un peu. Elle stalkait un homme, a monté toute une histoire avec un autre, cumulant les mensonges. Mais non, l'histoire est telle que nous n'avons pas ce jugement. Il est possible de la comprendre. Et même si les hommes du texte sont pour la grosse majorité de profonds connards, nous ne les détestons pas non plus. Pourtant il faudrait.

Un texte wouah qui reste gravé une fois le livre refermé et qui regorge de trésor. Je pourrai encore en parler tellement il m'a touchée, mais je m'arrête là pour vous laisser l'occasion de compléter.

Gril power, mesdames !

Marion

Publié dans Coups de coeur, Autres

Commenter cet article

M
J'en ai beaucoup entendu parler et plusieurs de mes amies lectrices l'ont déjà lu mais bon il est dans ma liste et je verrai bien si je me décide :) Merci pour ta chronique
Répondre
M
Mais de rien. Il a été quelques temps dans ma PAL avant que je ne m'y mette. Un livre pas très gai par contre...