L'extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puertolas (2013)

Publié le par Marion L.

L'extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puertolas (2013)

En avril, voyage dans le monde de l'humour ! Des éclats de rire, des parodies, des jeux de mot... les auteurs s'amusent ! Un voyage que nous terminons avec ce titre. Prêts ? Quelle histoire !

"Le premier mot que prononça l'Indien Ajatashatru Lavash Patel en arrivant en France fut un mot Suédois. Un comble !

Ikea" page 13.

     Et l'histoire commence avec ce Fakir venu à Paris pour un accès à un magasin Ikea. A ce niveau déjà c'est du grand n'importe quoi. Et cet état de fait va continuer. Notre Fakir va voyager bien malgré lui.

Exceptionnellement je n'en dis pas plus sur l'histoire elle-même, elle est à découvrir dès la première page. Je préfère vous laisser le même plaisir que moi.

     A travers cet indien et son voyage Romain Puértolas nous dévoile la réalité des migrants. Leurs tentatives pour rallier les pays européens, loin de la guerre ou de la pauvreté. Ainsi que le jeu de ces pays pour s'en débarrasser à moindre coût.

     Avec ironie, humour, burlesque et absurde, il passe un message. Et face à ce qu'il voit, même Ajatashatru change.

Les personnages eux-mêmes peinent à croire l'histoire de cet Indien. Pour vous dire !

     Du n'importe quoi très agréable au bout d'un moment, mais un peu déconcertant les premières pages (faut-il un temps pour s'adapter à un humour ?)

     Immigration, manque d'empathie, arnaques, système de consommation, faim, pauvreté, agressions sexuelles, violence... tous ces thèmes sont bien présents. Il ne cache rien, n'épargne personne et surtout pas son personnage principal. Et ce jusqu'à la fin.

Drôle ? Finalement pas tant que ça.

     Ikea a bien compris quand l'histoire d'Ajatashtru devient connue. Elle invente une nouvelle armoire qui deviendra un franc succès, surtout aux frontières. Cette information est lâchée comme ça, au détour d'une phrase. Bel exemple d'humour noir.

     Il y aurait beaucoup à dire avec ce texte. Il glisse des références comme "heureux qui comme Ulysse", des mots, des jeux de mots, des tournures de phrase. Tout, de l'histoire à la langue, est son terrain de jeu. Il pousse son concept jusqu'au bout.

     Peut-on parler de voyage initiatique ? Pour lui, mais aussi pour nous.

Un grand titre qui résume très bien, à lui seul, l'histoire d'Ajatashtru, le Fakir venu en France.

Marion

Publié dans Humour

Commenter cet article