JPod de Douglas Coupland (2009)

Publié le par Marion L.

JPod de Douglas Coupland (2009)

En avril, voyage dans le monde de l'humour ! Des éclats de rire, des parodies, des jeux de mot... les auteurs s'amusent !

     JPod c'est quoi ? C'est une équipe de six geeks qui travaillent sur un jeu vidéo de Skate et dont le nom de famille commence par J. Tout irait bien si Steve, un manager, ne voulait pas qu'ils intègrent une tortue dans leur jeu alors qu'il est déjà bien avancé. Vous pensez que ce n'est que ça ?

     Non, nous suivons leur travail : ils restent jusqu'à pas d'heure. Acharnés de boulot ? Non, ils se lancent des défis comme retrouver un O à la place d'un zéro dans plusieurs pages de Pi ; écrire une lettre à Ronald de McDonald pour se vendre en tant que compagnon... Et encore, ce n'est pas tout !

     Les personnages eux-mêmes mettent leur grand de sel entre Bree qui ne peut envisager une relation après avoir couché, veut être et s'habiller comme une, je cite "salope". Mais même le personnage principal n'est pas sûr qu'elle couche aussi facilement. Ou bien John Doe, élevé par un groupe de lesbiennes végétariennes et complètement délurées. Et il y aussi Ethan, le personnage principal et sa famille de dingues (pas d'autres mots pour les décrire). Entre sa mère qui fait pousser de la drogue et qui l'appelle en plein boulot pour lui demander de l'aider à cacher un corps (tout cela en restant une maman, particulière certes, mais n'a pas du tout l'âme d'une gangster). Ou son père qui cherche à devenir acteur et s'entiche d'une jeunette qui au final le harcèle, en manque de reconnaissance et radin. Ou son frère, agent immobilier, qui fait aussi dans le trafic de clandestins (il les héberge un jour chez Ethan.) Et pourtant ils n'ont rien de mafieux, si on retire ces petits détails, comme une famille normale. Suite à cette affaire de clandestins ils deviennent amis avec la tête du réseau, un chinois franchement mafieux.

      Kaitlin, nouvelle arrivée, compare ces geeks de collègues de JPod à des autistes.

En bref, une suite d'événements tout aussi loufoques les uns que les autres.

     Même les choses illégales ou immorales sont racontées de telles sortes qu'elles semblent admises "bah ouais, ça se passe comme ça, normal." Comme quand Ethan doit aller en Chine récupérer Steve envoyé comme esclave dans une usine de fabrication de baskets et drogué à l'héroïne après avoir trop harcelé la mère d'Ethan.

     L'esclavage industriel et la traite des clandestins passent très bien mais pas Mc Do. Lui est fortement critiqué et si quiconque en mange, il est exclu pour un temps. Ronald en prend pour son grade.

Et l'auteur s'intègre à l'histoire. Il est détesté par Ethan et n'a pas le meilleur rôle, il raconte même sa vie après lui avoir soudoyé des informations. Vous vous rendez compte ?

     L'histoire n'est pas découpée en chapitre mais par une succession de mots, de symboles, de données... de termes incompréhensibles pour le commun des mortels, des phrases sans lien entre elles, des listes... un peu de tout. Comme quand on prend tout ce qui nous passe sous la main pour faire un marque-page.

Une histoire complètement loufoque. Nous pouvons parler de littérature de l'absurde comme le théâtre de l'absurde de Ionesco. Très particulier en tout cas.

Marion (Source de l'image : la bibliothèque départementale de Loire-Atlantique)

JPod de Douglas Coupland (2009)

Publié dans Humour

Commenter cet article

M
A découvrir alors...Le découpage de l'histoire a l'air d'être vraiment original ! merci pour cette idée de lecture
Répondre
M
Mais de rien. Merci pour le commentaire.