Le paradis est un enfer comme les autres d'Emile Castillejos (2017) SP

Publié le par Marion L.

Le paradis est un enfer comme les autres d'Emile Castillejos (2017) SP

Serais-je en train de changer et d'apprécier de lire des nouvelles, moi qui n'aimais pas plus que ça ? Est-ce dû aux derniers recueils lus qui étaient excellents ? Le paradis est un enfer comme les autres en fait parti.

  • Le danseur de tango : Des femmes âgées sont retrouvées mortes, une carte dans la poche. Un danseur de tango est accusé. Coupable ? Emile Castillejos débute fort avec cette nouvelle. Nous comprenons qu'il y aura des faux-semblants et des "surprises" dans ce recueil. Ou comment un auteur peut duper ses lecteurs, tout en leur révélant le fin mot de l'histoire, comme ça, comme en passant.
  • Chambre 13 : quand une femme découvre l'avenir sur la télé de sa chambre d'hôtel. Qui va se réaliser ? Une part de fantastique, de folie humaine. Dans sa tête ou réel ? Pas vraiment de réponse, à nous lecteurs de nous faire notre opinion avec ce qu'il nous donne.
  • Ying et Yang : Plusieurs prostituées sont assassinées, étranglées. Qui ? Les apparences peuvent être trompeuses. Il joue avec nous, avec les situations et les personnages.
  • Un contact électrique : Une chatte observe son maître noyer ses petits. Vengeance ? D'un animal ? Nous nous demandons pourquoi ce titre avant de comprendre. Intelligent, je n'en dirai pas plus.
  • Le pouvoir de la force : Deux cinéastes prennent la route, guidés par la voix de Dark Vador... le GPS. Encore une fois l'auteur nous offre une nouvelle un peu étrange. La situation n'est pas expliquée. Et c'est sans doute ce qui en fait la force. Pourquoi ? Comment ?
  • Remodelage : L'une des plus fortes. Une femme demande à son chirurgien esthétique un nouveau visage. Le destin peut être cruel et Emile Castillejos n'épargne personne. Comme la vie parfois peut sembler cruelle ou ironique. Il nous offre un aperçu ici.
  • La voix de la raison : Ma préférée. Elle va à l'essentiel et elle laisse le lecteur avec ses doutes. Il le fait dans plusieurs nouvelles mais celle-ci est grandiose. Parfois il faut écouter la petite voix dans sa tête. Folie ? Pas folie ? Excellent.
  • Une clé pour l'enfer : Un homme est devant la télé jusqu'à ce que le téléphone sonne et que sa journée vire au cauchemar. Fantastique ? Dans sa tête ? Ou quelque chose d'étrange qu'on ne peut expliquer ?
  • Demandez le numéro spécial ! : Un chercheur se réveille un matin, plus vieux de vingt ans. Où sont passées toutes ces années ? Je vais me répéter mais Emile Castillejos continu de nous surprendre, sans nous révéler le pourquoi ni le comment.
  • Transfert sous surveillance : Un homme demande l'aide d'une psychothérapeute à cause d'une violence en lui. Il remonte dans son passé. Vous pensez alors que la surprise est là, dans les révélations qu'ils découvrent ensemble et puis... non !
  • L'auto-stoppeuse : Un homme est sur la route et croise une auto-stoppeuse qu'il prend dans sa voiture. Un rapport de force s'établit. La même manière de faire pour une histoire authentique et originale.
  • La vindicte de l'avatar : Un SDF assiste, non pas au meurtre, mais à une tentative de se débarrasser d'un corps. Un corps qui lui ressemble. Il mène l'enquête. Habitués à être étonnés, nous nous fixons sur un détail, persuadés qu'il sera "l'étrange" de l'histoire. Mais non ! Il arrive encore à nous surprendre.
  • Le mur : Un avocat prend sa retraite dans une nouvelle maison. Hantée ? Nous commençons à connaître l'auteur et rien ne parait être simple dans ses histoires, et c'est encore le cas ici. Il sait nous surprendre et nous montrer que sous la vérité que l'on voit, que l'on devine, s'en cache une autre.
  • L'attrape-songes : Une histoire un peu plus longue que les autres, comme "la vindicte de l'avatar". Emile Castillejos termine le recueil avec une histoire qui ressemble à un conte, se démarque un peu des autres. Plus de douceur mais fantastique comme d'autres.

Mon enthousiasme s'est sans doute vu dans le détail des nouvelles. Il a su me surprendre à chacune de ses histoires et séduire avec sa plume. Excellent, de bout en bout.

Marion (Retrouvez le livre sur le site de l'éditeur : ici)

 

Publié dans nouvelles

Commenter cet article

manou 25/03/2018 18:11

Cela fait longtemps que je n'ai pas lu de nouvelles et c'est vrai que c'est une autre façon de lire car un peu comme la poésie on ne peut pas les lire à la suite pour vraiment les apprécier. Ce recueil me tente et je regarderai si je le trouve à la médiathèque de la grande ville parce que dans mon petit village il n'y sera pas. Merci de nous faire connaître cet auteur

Marion L. 06/04/2018 10:53

Un très bon recueil. Et je le dis alors que j'ai quelques difficultés avec les nouvelles (justement parce qu'elles ne se lisent pas forcément d'une traite comme un roman). J'espère qu'ils l'auront à la médiathèque puisqu'il s'agit d'une toute jeune maison.