La Virginienne de Barbara Chase-Riboud (2018) SP

Publié le par Marion L.

La Virginienne de Barbara Chase-Riboud (2018) SP

Un grand merci au groupe de l'Archipel pour ce livre. Une très belle surprise.

     Après de nombreuses recherches, l'auteure nous raconte l'histoire de Sally Hemings, une jeune esclave "noire" en Virginie. Comment, en 1787, à moins de quinze ans, elle est allée à Paris rejoindre son maître, Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis et auteur de la Déclaration d'indépendance. Elle y deviendra sa maîtresse, sa concubine. Une relation interdite.

     Le livre commence en 1830 dans le comté d'Albemarle, un jeune recenseur fait le tour du territoire. Il croise la route de Sally Hemings, une ancienne esclave blanche. Il fera tout pour en savoir plus sur elle, fasciné.

Un roman historique saisissant sorti pour la première fois en 1979. Qui raconte l'histoire de Sally Hemings et de Thomas Jefferson. Et à travers eux l'esclavage et les mœurs aux Etats-Unis au XIXème siècle.

     Cet amour entre un maître et une esclave... peut-on parler d'amour ? Sally l'aime-t-elle ou le croit-elle parce que de toute manière elle lui appartient ? Nous n'avons pas vraiment la réponse. Elle reste, elle l'aime, elle le déteste, elle lui en veut et lui pardonne. Il est même soulevé que toutes les femmes, blanches ou noires, sont l'esclaves de l'homme.

     Mais cette relation entre eux n'est pas claire. Parfois elle semble s'en accommoder, d'autres fois ne le faire que pour que ses enfants - leurs enfants - soient libres. Malgré les conseils de sa mère qui a vécu la même situation.

Sally est un mystère pour beaucoup et même pour nous, l'une des forces de ce livre.

     Barbara Chase-Riboud va encore plus loin en dévoilant les rouages de cette famille. La grand-mère a eu des enfants avec son maître, des "mulâtres". Et sa fille, la mère de Sally, a aussi eu des enfants avec son maître. Et sa fille, Sally, en aura avec Thomas Jefferson. Des métisses, bien plus blancs que noirs, mais esclaves.

La famille blanche et la famille noire sont liées, tous oncles, tantes, frères, sœurs, cousins, cousines des autres. Que justifie donc que certains soient esclaves et pas d'autres ?

     Il y a même une scène où Sally est "confondue" avec une vraie dame, à cause de sa peau claire. Le comportement de ces personnes changent au moment où ils se rendent compte qu'elle n'est qu'une chose, une esclave. S'ils doivent être esclaves pour leur bien, à cause de leur couleur de peau, rien ne justifie que la famille Hemings soient esclaves, eux roux, blancs aux yeux clairs.

     Même si Thomas Jefferson est un bon maître, que les esclaves sont traités comme des domestiques, par une seule fois nous n'oublions qu'ils ne sont qu'esclaves. Même les propres enfants de Jefferson.

     Je pourrais parler de ce livre pendant des heures ! Il est un témoignage de toute une époque, d'un mode de vie.

Fascinant, il ne laisse pas le lecteur indifférent. Un livre comme une vague qui vient vous frapper. Puissant.

Marion (Lien vers le site de l'éditeur : ici)

Publié dans Historique, Coups de coeur

Commenter cet article

M
Tu as tout à fait raison ! Ce roman me plairait beaucoup vu le sujet...Je le chercherai dans ma médiathèque. Merci de cette belle chronique
Répondre
M
Tout le plaisir est pour moi. Si je peux faire rencontrer un lecteur et son livre, j'ai réussi ma journée.
F
Tiens, je ne connaissais pas mais pourquoi pas ? Il a vraiment l'air bien !
Répondre
M
De mon côté je l'ai trouvé vraiment bien ^^.